NOUS NE SEMONS PAS LES FLEURS, DE MOKHTAR SBIA: Au commencement était la violence

Lesoir; le Dimanche 2 Decembre 2012
2

Le premier roman du docteur Mokhtar Sbia raconte la vie quotidienne d’une paisible famille tlemcénienne emportée dans le tourbillon de la guerre d’indépendance. Une histoire humaine, car il y a aussi le tourbillon des sentiments et les zones obscures du mystère...
Cette triple dimension, à la fois métaphorique, politique
et littéraire en fait un roman remarquable, l’auteur ayant greffé à vif
un drame familial sur le drame de la guerre pour mettre en place les
éléments constitutifs d’une tragédie. En effet, Nous ne semons pas les
fleurs(le titre est une allégorie du péché originel, voire une métaphore
de la violence) met en scène des personnages en proie à leurs pulsions
souvent incontrôlables et parfois morbides. Des êtres victimes de leurs
peurs et de leurs angoisses, qui ne savent pas pourquoi ils sont
malheureux ni comment exprimer leurs réels sentiments. Durs et secs avec
eux-mêmes et avec les autres, ces êtres-là exorcisent le mal par le mal,
se libèrent par la violence, dans un cycle sans fin. Un destin tragique,
comme s’ils étaient poursuivis par la fatalité. «La maladie, disait un
auteur, c’est ce qui gêne les hommes dans l’exercice normal de leur vie,
et surtout ce qui les fait souffrir.» Précisément, Mokhtar Sbia invite à
une introspection attentive du genre humain pour mieux comprendre le
mécanisme de la violence. Il tente de déceler les symptômes de la
tragédie algérienne, en révèle et explique les séquelles. Le romancier
est ici dans son rôle de thérapeute qui cherche à soigner le mal et
vaincre le traumatisme. C’est pourquoi tous les personnages sont saisis
dans leur être vrai, c’est-à-dire dans leur subjectivité, leur faiblesse
et parfois leur pathos. Dans ce récit polysémique, où plusieurs thèmes
sont abordés, le recours aux référents historiques n’est alors qu’un
prétexte à témoigner autrement de cette Algérie contemporaine née d’une
éprouvante guerre de Libération nationale. Le registre fable
fantastique, riche d’une matière où puise avec bonheur le romancier,
contribue à libérer l’histoire de son côté officiel ou sacré. Nous
sommes au début des années 1950. A la périphérie de la ville de Tlemcen,
les deux quartiers historiques Agadir et Kessarine avec leurs immenses
vergers. Une grande famille de notables, les Rostane, vit à Kessarine au
milieu d’un vaste et magnifique jardin. Sur cet espace enchanteur et
plein de mystères, qui leur sert d’exutoire, veille Tergou, la femme
démon d’Agadir. Dans le contexte historique particulier de l’époque,
toute une galerie de personnages commence à entrer en scène. Zhor,
figure centrale, en émerge. Elle est à la fois la mère, la gardienne des
traditions et la femme qui véhicule la mémoire. Personnage complexe,
elle est aussi victime de la double aliénation que lui font subir le
système patriarcal et l’oppression coloniale. Orpheline de père, sevrée
d’affection maternelle, cette femme inachevée sera incapable de donner
de l’amour à son tour. Après son mariage avec Malek, l’aîné de ses
cousins Rostane, Zhor devient la mal-aimée et la bonniche de ses
bellessœurs. D’une activité débordante, elle néglige quelque peu
l’éducation de ses enfants Asma, Moulay et Titi. Son souffre-douleur (et
de toute la grande demeure familiale), c’est son dernier-né Titi
(diminutif de Fethi). Celui-ci, un enfant hyperactif, se voit rejeté et
incompris par cette mère trop nerveuse qui l’exclut par son triple non :
«Je ne suis pas satisfaite, tu est un incapable, tu ne mérites aucune
estime. » Il faut dire que cet autre personnage majeur du roman se
distingue par son caractère espiègle et son esprit éveillé. Au contraire
de son frère Moulay (qui représente l’ordre), Titi est un gosse qui ne
tient pas en place, curieux, vif, intelligent, perspicace, courageux,
débrouillard et serviable. Hélas, il fait désordre et il est souvent
raillé et corrigé alors qu’il a tant besoin de l’amour des siens. «La
carence affective est une caractéristique de la famille nombreuse et la
guerre avait installé chez eux des réflexes d’autodéfense», relève le
docteur Sbia. Chez les Rostane, le désert des sentiments fait ainsi
partie du décor, comme s’ils étaient prédisposés, par atavisme, à une
telle aridité. Le point d’orgue de la tragédie, ce sera la fugue, la
disparition du petit Titi, qui, par son geste, voulait attirer
l’attention de Zhor. L’enfant prodige avait soif de liberté, il
cherchait un statut, une voie... Pendant ce temps, la guerre fait rage
et les événements s’accélèrent. Les «Frères» (et parmi eux «une nouvelle
race de partisans») ont, depuis, investi le jardin des Rostane. A leur
tête, le trio des Zelbouniens (ce nom si charmant fait référence au
village -tribu de Zelboun). De drôles de lascars qui prennent le pouvoir
par la terreur. Ils ont surtout profané le jardin de Kessarine, ce qui
fait dire à Titi : «Désormais, d’autres monstres—réels ceux-là — se
substituaient à Tergou.». Après l’indépendance, les Zelbouniens
opportunistes et violents «vont faire vivre leur peuple dans
l’anarchie». Ils portent sur le front le signe de la bête, ce «naseyah»
menteur et pêcheur tel que décrit par le Coran. Ou encore le «syndrome
dysexécutif du lobe frontal», que les neurologues caractérisent comme
signe fréquent chez les personnes violentes. Au grotesque, la fable
fantastique va à la fin mêler le merveilleux avec l’apparition de Tergou
devant Zhor. L’ange gardien du jardin et d’Agadir lui prédit qu’elle
vivra longtemps, mais sans jamais connaître le repos pour avoir failli à
son devoir de mère. Mais peut-être que Titi, le «défenseur d’Agadir, du
jardin et de ses secrets», reviendra-t-il un jour ? Pour que naisse et
vive une Algérie nouvelle. Cette Algérie enfin apaisée et qui saura
aimer ses enfants. Nous en saurons un peu plus grâce aux romans suivants
de Mokhtar Sbia (qui sont à paraître), Nous ne semons pas les fleurs
étant le premier ouvrage d’une trilogie très prometteuse.
Hocine Tamou
Mokhtar Sbia, Nous ne semons pas les fleurs, éditions Aloulfia Talita,
Oran 2010, 258 pages

Categorie(s): culture

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..