Où est passé l'Instit ?

Lesoir; le Mardi 11 Decembre 2012
2

Déjà que l'enseignement dans nos écoles
n'est plus aussi performant que celui dispensé par le passé, voilà
qu'aujourd'hui, des classes entières sont dépourvues d'enseignants et
des élèves livrés à eux-mêmes. Selon des informations rapportées par la
presse quotidienne nationale, le président de l'Association nationale
des parents d'élèves craint que le marasme de l'école ne s'aggrave
encore avec l'absence éventuelle d'un grand nombre d'enseignants
candidats aux dernières élections locales. Le pourvoi à leur
remplacement sera très difficile à effectuer. De plus, les enseignants
attirés par une carrière politique quittent le corps enseignant ; les
autres démotivés probablement par une faible rémunération, préfèrent
rejoindre le secteur éducatif privé ou un emploi dans le tertiaire
beaucoup plus attrayant, ce qui conduira à la formation d'un nœud
gordien difficile à trancher par le ministère de tutelle car c'est à
travers lui que l'Etat dispense l'éducation de base à l'ensemble de la
population. En effet, toute évolution, qu'elle soit intellectuelle,
sociale ou même politique, modèle la substance même de l'enseignement,
lequel dans notre société doit comporter et transmettre des valeurs, des
coutumes et des règles, traitant ainsi d'un ensemble de traditions et de
connaissances susceptibles d'armer la jeune génération pour qu'elle
puisse affronter sereinement le monde des adultes. L'enseignement en
tant qu'instrument d'évolution, de civilisation et de modernisme, est
inéluctablement influencé par les changements survenus dans la structure
sociale et par l'apparition de connaissances nouvelles.
Le savoir... une fête !
La survenance impromptue de la situation qui prévaut est très
délicate car l'école demeure et demeurera un sanctuaire à protéger.
Certes, la politique de scolarisation n'est pas une mince affaire. Aussi
efficace soit-elle, des impondérables ne sont pas à écarter et E. Kant
faisait remarquer à ce sujet : «Il est deux découvertes humaines que
l'on est en droit de considérer comme les plus difficiles : l'art de
gouverner les hommes et celui de les éduquer.» (Réflexions sur
l'éducation). Ceci étant, la responsabilité de l'instruction de la
population et, par conséquent, le contrôle, le suivi et le règlement des
litiges dans l'enseignement incombent à l'Etat. Une tendance qui exprime
ici le concept du rôle et de la responsabilité de l'Etat qui seul est
habilité à trouver une solution idoine pour que le savoir reste toujours
une fête.
Bob. Med (Belcourt)

Categorie(s): voxpopuli

Auteur(s): Bob. Med (Belcourt)

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..