Parution: La piste aux étoiles algériennes

Lesoir; le Dimanche 29 Novembre 2015
2

Le recueil de portraits intitulé Ma piste aux étoiles
de Nadjib Stambouli, paru récemment aux éditions Casbah, retrace les
itinéraires de figures artistiques et journalistiques des années 1970-80
restituées à travers leur vécu, exploré comme piste de travail.
L'ouvrage de 117 pages, préfacé par le journaliste et écrivain Arezki
Metref, livre des souvenirs lointains évoquant l'immersion de l'auteur
dans l’univers culturel et sa proximité d’un panel de figures marquantes
rendues accessibles grâce à son métier de journaliste culturel
Ma piste aux étoiles promène le lecteur dans cet univers artistique,
journalistique et littéraire que Nadjib Stambouli tente de restituer à
travers ces portraits-hommages décrivant ces personnages flamboyants
dans leurs traits singuliers, révélateurs de leurs personnalités. Ces
portraits, finement élaborés, se prolongent à travers les multiples
facettes de ces intellectuels porteurs d’une Algérie plurielle et
moderne, à l’instar de l'écrivain Kateb Yacine, les journalistes Saïd
Mekbel, Abderrahmane Mahmoudi, Tahar Djaout, les comédiens et
dramaturges Azzedine Medjoubi, Abdelkader Alloula, Fellag et Sonia ou
encore les poètes Djamal Amrani, Benmohamed et son regretté père,
Mahboub. Ce dernier, que l’auteur a ressuscité à travers son parcours
artistique, était un homme de théâtre et poète, auteur de chants
patriotiques dont le fameux Min djibalina. Des faits concrets,
agrémentés de boutades racontées de façon instructive, parsèment l’œuvre
de Nadjib Stambouli qui, par son talent de conteur, dresse le portrait
d'une époque révolue qui regorgeait de talents. Dans un style élaboré
alliant registre journalistique et littéraire, l'auteur s'attarde sur le
vécu de ces personnages, un aspect qui devient le fil conducteur de
cette «piste aux étoiles». De toutes ces anecdotes amusantes, il insère
celle du comédien et dramaturge assassiné en 1995, Azzedine Medjoubi,
qui «sortait seul au crépuscule sur la plage pour travailler sa voix
qu'il a cassée jusqu'à en devenir aphone». Autre boutade hilarante : un
jeune qui se croyant malin et voulant enregistrer le concert lors d'une
fête familiale alors qu'il savait que le chantre El Hadj M'hamed El Anka
interdisait ce genre de pratiques, avait dissimulé le micro du
magnétophone dans le vase de fleurs posé à côté du maître. Celui-ci a
recouvert le micro d'un verre rendant impossible tout enregistrement.
Son entourage professionnel composé d'un panel de journalistes notoires,
à l'image de Bachir Rezzoug, Abdelkrim Djaâd, Tahar Djaout ou encore
Abderahmane Mahmoudi ont laissé en lui une admiration à la limite de la
vénération, imprimée sur toute son œuvre.
L'auteur de Ma piste aux étoiles retient de ses collègues journalistes,
dont certains sont assassinés par le terrorisme intégriste, des qualités
humaines et une mémoire plurielle incarnée dans cette œuvre.
Né en 1953, Nadjib Stambouli a totalisé une expérience d'une quarantaine
d'années d'exercice dans les rubriques culturelles de nombreux titres de
la presse nationale. Ma piste aux étoiles est son deuxième ouvrage après
Impact, un recueil de chroniques sorti en 2004.

Categorie(s): culture

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..