PREMIÈRES MESURES DE SELLAL APPLICABLES À PARTIR DU 1ER JANVIER 2013: L’accès au crédit et l’ouverture de comptes facilités

Lesoir; le Lundi 10 Decembre 2012
2

Abdelmalek Sellal a adressé, jeudi dernier, une instruction à l’ensemble des départements ministériels relevant du secteur économique, à la Banque d’Algérie ainsi qu’à toutes les institutions financières du pays pour que son engagement consistant à simplifier et à débureaucratiser le système bancaire prenne effet à partir du 1er janvier 2013.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - C’est ce que nous apprend une source sûre. «A la suite de son engagement, lors de la rencontre du jeudi 22 novembre 2012 avec les partenaires économiques et sociaux, le Premier ministre avait chargé un groupe de travail de se pencher sur ce dossier et de lui remettre un rapport dans les meilleurs délais. C’est sur la base des conclusions et des propositions contenues dans ledit rapport qu’il a confectionné cette instruction. » Selon notre source, cette instruction enjoint tous les concernés à lever toutes les entraves bureaucratiques qui plombent notre système bancaire. «Les dossiers pléthoriques, épais et inutiles, c’est fini ! Et cela concerne aussi bien le particulier que les entreprises. » Ainsi, le Premier ministre somme par exemple l’ensemble des banques à opter pour une procédure «simplifiée et unifiée» s’agissant de l’ouverture d’un compte bancaire par un particulier. «L’on ne demandera plus désormais aux particuliers désirant ouvrir un compte au niveau de n’importe quelle banque ou institution qu’un simple dossier constitué d’un papier d’identité, d’une attestation de résidence et la signature d’un formulaire type, simple et unifié. » L’allégement des «tracasseries bureaucratiques» que Sellal avait publiquement dénoncé le 22 novembre dernier bénéficiera également aux entreprises publiques ou privées. «Pour les entreprises également, la constitution d’un dossier pour une domiciliation auprès d’une banque sera extrêmement simplifiée. L’on ne demandera plus à l’entreprise concernée que le strict minimum de documents. Juste ce qu’il faut, comme cela se fait partout ailleurs dans le monde.» Ce souci de simplifier et de fluidifier le système bancaire algérien a amené le Premier ministre à ordonner également, dans son instruction de jeudi dernier, les institutions financières de faire montre de la même souplesse s’agissant de l’octroi et de la levée des crédits bancaires au profit des entreprises. «Le dossier sera significativement allégé. Juste ce qu’il faut également. Et les délais de réponse des banques, favorables ou défavorables, réduits à quelques jours seulement. Avec, en plus, motivation signifiée par écrit en cas de refus.» L’instruction de Sellal insiste par ailleurs de manière particulière, sur l’obligation pour les banques de faciliter l’accès aux crédits d’investissements au profit des PME. «Car, explique notre source, les lourdeurs et les contraintes bureaucratiques ont fini par installer les uns et les autres dans une situation des plus cocasses : l’argent existe à profusion, mais l’investissement n’est pas financé ! Ce n’est pas normal». Il était vraiment temps de faire sauter ce verrou qui a pratiquement mis à l’arrêt toute l’économie nationale.
K. A.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): K. A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..