PRISE EN CHARGE DES BESOINS DES CITOYENS: La société civile comme porte-parole

Lesoir; le Dimanche 16 Decembre 2012
2

La prise en charge des besoins des citoyens passe par l’instauration d’un dialogue entre les élus locaux et la société civile. Telle est la conviction du réseau algérien de la fondation Euro-méditerranéenne, Anna Lindh, pour le dialogue entre les cultures. Pour y arriver, le réseau, à travers la mise en place du programme «Dawrak- citoyens pour le dialogue», tentera d’ouvrir les voies de communications entre les décideurs et les jeunes.
Salima Akkouche – Alger (Le Soir) - La société civile veut être une force de propositions en portant la voix des citoyens, en particulier celle des jeunes, auprès des décideurs. Dans l’objectif de mettre l’accent sur la participation des associations à la vie publique, un séminaire s’est tenu hier à Alger, sous le thème, «la participation des associations à la vie publique en Algérie, bonne pratiques et regards croisés». Organisée en partenariat entre la fondation Anna Lindh et le chef de file associatif algérien d’étoile d’Akbou avec la participation du réseau NADA pour la défense des droits de l’enfant, cette rencontre, souligne le président du réseau NADA, intervient également dans le cadre de la sensibilisation des nouveaux élus locaux, notamment «à travers l’implication des jeunes dans la prise de décision». Les participants expliquent que le programme «DAWRAK citoyens pour le dialogue», initié par la fondation Euro-méditerranéenne Anna Lindh, a été justement mis en place, dans le but de renforcer les capacités des leaders et des cadres des sociétés civiles. Le programme, expliquent ses initiateurs, est lancé «en réponse à ce qui se passe dans les pays arabes qui expérimentent des processus de transformation et de réformes démocratiques». Il vise à développer les capacités des organisations de la société civile et des acteurs impliqués dans le dialogue interculturel, en leur fournissant les outils et les compétences pour le dialogue interculturel, la promotion et la participation citoyenne. Durant 2012-2014, le programme sera élaboré au niveau national et régional en liant les organisations de la société civile avec les institutions officielles et les autorités locales, en collaboration avec les réseaux nationaux Anna Lindh de la société civile et les gouvernements nationaux concernés. «Le programme qui sera mis en œuvre dans les pays arabes de l’union pour la méditerranée et dont au moins les trois quarts des bénéficiaires seront des jeunes et la moitié seront des femmes, tentera de consolider, au niveau régional, le renforcement des capacités, les partenariats entre les initiatives citoyennes, les associations et les institutions traitant des questions communes liées à des défis majeurs du dialogue interculturel et de la participation démocratique.» expliquent ses initiateurs.
S. A.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): S. A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..