Réunion du conseil d’administration aujourd’hui: Le P-dg de Saidal relevé de ses fonctions

Lesoir; le Jeudi 26 Novembre 2015
2

Le président-directeur général du groupe
pharmaceutique public Saidal, Boumediene Derkaoui, est limogé. Le
conseil d’administration de l’entreprise se réunit, aujourd’hui, pour
entériner cette décision qui ne manque pas de susciter des
interrogations. Une annonce qui surprend au sein même de l’entreprise.
Younès Djama - Alger (Le Soir) - Ainsi, un groupe de cadres de
l’entreprise affirme avoir appris avec «stupeur» et «étonnement» la
nouvelle du changement de direction. Dans une correspondance adressée au
Premier ministre et dont une copie nous est parvenue, ce groupe de
cadres en appelle à Abdelmalek Sellal pour, disent-ils, «intervenir
énergiquement pour le maintenir (Boumediene Derkaoui) à son poste». Dans
leur missive au Premier ministre, les cadres dressent le profil du
désormais ex-P-dg de Saidal comme «irréprochable» qui «a exercé diverses
hautes fonctions dans la gestion des entreprises publiques en obtenant
des résultats éloquents».
C’est, affirment-ils, le cas du groupe industriel pharmaceutique Saidal
lequel sous sa direction a vu le lancement, depuis avril 2010, de
plusieurs chantiers. Notamment la mise en œuvre du plan de développement
de l’entreprise lequel «connaît un avancement appréciable», outre
l’instauration de la nouvelle organisation du groupe.
«Nous tenons à vous informer, M. le Premier ministre, que l’entreprise
n’a jamais connu un tel développement et (nous) sommes convaincus de
l’apport et de la vision stratégique qu’a apportée qu’apporte et
qu’apportera notre P-dg, Boumediene Derkaoui», écrivent les cadres du
groupe qui réitèrent leur soutien «inconditionnel» à leur P-dg. Ils
présentent leur motion de soutien avec ce responsable qui, selon eux,
«n’a ménagé aucun effort pour hisser l’entreprise au rang d’opérateur
économique incontournable sur le marché national du médicament».
Boumediene Derkaoui a été nommé à la tête du groupe pharmaceutique
public Saidal en avril 2010 après une année de gestion intérimaire. Sous
sa direction, le budget alloué pour le redéploiement et le plan de
développement du groupe a été estimé à 160 millions d’euros.
Avec comme principal objectif, disait-il en février 2015 à notre
confrère l’Eco Magazine, l’ambition d’arracher 35% du marché national et
couvrir 80% de la production. Aussi, le groupe pharmaceutique a
bénéficié d’un important plan d’investissement avec le lancement de
plusieurs projets, dont sept usines de médicaments et parmi lesquelles
l’extension de l’usine de Constantine pour les cartouches d’insuline, en
partenariat avec le laboratoire danois Novo-Nordisk. Ce projet, pour
lequel une première enveloppe de 10 millions d’euros a été dégagée,
devra être mis en production au courant de l’année 2016. Avec lui, le
groupe Saidal s’est lancé comme autre challenge la fabrication du
médicament générique. Pas seulement, puisque Saidal compte s’engager
dans la fabrication du princeps à travers l’accord de partenariat, signé
en novembre 2014, avec les laboratoires français Servier, premier groupe
pharmaceutique indépendant français spécialisé dans différents domaines
thérapeutiques. Ce partenariat prévoit la production, sous licence, de
médicaments princeps et le transfert de technologie et de savoir-faire
des laboratoires.
L’objectif final étant de réduire la facture d’importation des
médicaments. Aussi, projetait-il de redémarrer le projet Taphco en
partenariat avec la société jordanienne, Tassili Pharmaceutical Company,
de produits injectables et formes sèches (comprimés et gélules),
l’objectif étant de fabriquer, en partie, des médicaments essentiels,
actuellement importés. Autant de projets que Derkaoui n’aura pas
l’opportunité de concrétiser…
Y. D.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Y. D.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..