RUPTURE DU VACCIN CONTRE L’HÉPATITE B PÉDIATRIQUE: Le produit est en voie de distribution, selon l’Institut Pasteur

Lesoir; le Jeudi 29 Novembre 2012
2

Si selon le Dr Kezzal, directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), le vaccin contre l’hépatite B pédiatrique, en rupture depuis plusieurs mois, est actuellement disponible, le président de l’association SOS Hépatite dénonce la lenteur dans la distribution du produit au niveau des structures de santé.
F.-Zohra B. - Alger (Le Soir) - Selon le tout nouveau directeur général de l’Institut Pasteur, le vaccin contre l’hépatite B pédiatrique est actuellement disponible et en voie d’être distribué aux différentes PMI et structures de santé sur le territoire national. «Tous les types de vaccin sont actuellement disponibles», a précisé le responsable. La rupture de ce vaccin a provoqué l’ire et aussi l’inquiétude des parents qui devaient vacciner depuis plusieurs mois leurs enfants. Ainsi, le président de l’association SOS Hépatite a dénoncé, hier, le fait que le produit soit toujours en rupture au niveau des structures de santé concernées par la vaccination. «Les structures chargées du dossier au niveau du ministère de la Santé ne font pas leur travail et cela influe négativement sur les commandes de vaccins et donc sur leur disponibilité. Où sont les quantités de vaccins contre l’hépatite B pédiatrique promises par le ministère ? C’est un problème d’ordre organisationnel », a accusé le président de l’association SOS Hépatite. Par ailleurs, et pour sa part, Smaïl Mesbah, directeur de la prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, avait annoncé, il y a de cela quelques semaines, que le vaccin contre l’hépatite B pédiatrique sera disponible dès le 8 novembre. Il avait alors expliqué que les vaccins pour nourrissons sont disponibles au niveau des structures de santé et le manque ne concerne que le vaccin contre l’hépatite B pédiatrique. Le responsable avait aussi imputé cette situation à la défaillance du fournisseur étranger. Le directeur de la prévention avait, en outre, annoncé que l’Institut Pasteur d’Algérie avait reçu l’équivalent d’une première tranche d’un million de doses du vaccin contre l’hépatite B pédiatrique. Il avait tenu, par ailleurs à expliquer que «le retard dans la vaccination ne peut pas être dans l’immédiat, préjudiciable à la santé des enfants». Selon Smaïl Mesbah, et «dès la reprise de la vaccination, les rattrapages seront faits pour les nourrissons qui n’ont pu se faire vacciner». Ainsi, une évaluation de cette population devait être effectuée par les services concernés. Entre-temps, les parents, pas du tout rassurés, font régulièrement la tournée des PMI à la recherche du fameux vaccin.
F.-Z. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): F.-Z. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..