Selon l’ONG Transparency International: L’Algérie, 100e pays où la corruption est assez perceptible

Lesoir; le Jeudi 4 Decembre 2014
2

La corruption est assez perceptible en Algérie. C’est
le constat que l’Organisation non gouvernementale de lutte contre la
corruption Transparency International dresse encore.
Selon son Indice 2014 de perception de la corruption IPC, rendu public
hier, Transparency International classe l’Algérie au 100e rang sur 175
pays classés sur une échelle allant de 0 (secteur public perçu comme
extrêmement corrompu) à 100 (secteur public perçu comme extrêmement
intègre). Une note de 36 sur 100 est accordée à notre pays, tandis que
le Danemark arrive en tête du classement avec une note de 92 sur 100 et
que la Corée du Nord et la Somalie ferment la marche avec une note de 8
sur 100. Une mauvaise notation qui ne constitue pas une surprise selon
l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC). Celle-ci
considère que «non seulement l’Algérie n’a fait aucun progrès pour faire
reculer l’avancée dévastatrice de ce fléau, mais plus grave, la seule
volonté du pouvoir est de neutraliser toute perspective de lutte contre
la corruption, et ce, par tous les moyens».
En ce sens, l’AACC évoque une «mauvaise législation anti-corruption (qui
plus est non appliquée) ; justice complice et relais du pouvoir ;
organes de contrôle et institutions spécialisées gelés de fait ;
dénonciateurs systématiquement réprimés ; corruption comme instrument de
pouvoir et du pouvoir à tous les niveaux ; transactions commerciales
internationales de l’Algérie soumises à une corruption systématique,
etc.»
Notons, selon l’AACC, que l’Algérie « obtenait en 2013 la note de 3,6
sur 10 et la 94e place ; en 2012 3,4 sur 10 et la 105e place; en 2011 la
note catastrophique de 2,9 sur 10, la même que celle de 2010, et la 112e
place, reculant de 7 places par rapport au classement de 2010 !».
C. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): C. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..