SELON LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE: L’adhésion à l’OMC n’est pas contraignante

Lesoir; le Dimanche 23 Decembre 2012
2

L’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) n’est pas contraignante, selon le ministre de l’Agriculture et du Développement rural.
Invité hier d’une émission de la Chaîne I de la Radio nationale,
Rachid Benaïssa observe qu’ «aujourd’hui, si l’on adhère à l’OMC, cela
ne constituera aucune gêne». Certes, il estime que des «correctifs»
doivent être apportés en matière d’accompagnement, d’organisation des
filières et du développement de l’industrie agroalimentaire ainsi que
les mécanismes de protection de la production nationale. Néanmoins,
l’adhésion à l’OMC ne semble pas contraignante, laisse-t-il entendre,
dans la mesure où cette organisation multilatérale permet justement, le
recours à de tels mécanismes qui existent déjà et qui sont mieux
maîtrisés. Cela dans le contexte où le programme national de renouveau
agricole et rural commence à porter ses fruits, à la satisfaction de
Rachid Benaïssa. Pour 2012, le ministre évoque une croissance de l’ordre
de 13,7% de la production agricole dont 18% ont été générés par
l’agriculture saharienne, ainsi que des résultats encourageants dans
plusieurs filières, avec une bonne marge de progression et le
renforcement de la mécanisation. En ce sens, le ministre de
l’Agriculture note que des investissements dans le domaine de la
fabrication de poudre de lait sont possibles à court terme, outre la
possibilité de mobiliser une surface irriguée de 200 000 hectares pour
la fabrication d’aliments de bétail. Et cela même si cette dynamique est
quelque peu entravée par le déficit de main-d’œuvre qualifiée, notamment
en période de récolte dans plusieurs régions du pays. Un déficit avéré
durant les dernières années comme le reconnaît l’invité radiophonique
qui observe que l’amélioration du contexte socioéconomique global semble
impacter négativement sur l’attractivité de l’activité agricole.
L’occasion pour le ministre de mettre l’accent sur la nécessité de
développer davantage la culture de l’entrepreneuriat, l’esprit
«pionnier», au regard de la démarche d’accompagnement et de soutien
développée par les pouvoirs publics et de l’obligation de résultats
concrets et d’une démarche proactive des divers intervenants. Comme
Rachid Benaïssa prônera la nécessité de booster l’utilisation des
intrants, des technologies et des techniques à même de stimuler
l’amélioration des rendements agricoles et d’améliorer la qualité des
produits et services. Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture a
indiqué que le Comité interprofessionnel de la viande blanche se réunira
dans les prochaines semaines pour évaluer la mise en œuvre depuis
octobre dernier, du dispositif de soutien financier accordé aux
producteurs et éleveurs. A ce propos, Rachid Benaïssa qui élude la
problématique de la hausse continue des prix du poulet relève, ce
faisant, que la filière n’a pas périclité et que ce dispositif est déjà
effectif sur le terrain.
Chérif Bennaceur

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Chérif Bennaceur

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..