SIMPLE OMISSION ?: Les réalisations de l’ex-wali d’Alger occultées par le ministre de l’Intérieur

Lesoir; le Mercredi 6 Novembre 2013
2

Les propos du ministre de l’Intérieur et des
Collectivités locales, tenus avant-hier à l’occasion de la cérémonie
d’installation du nouveau wali d’Alger, ont soulevé plusieurs
interrogations. Lors de son intervention, Tayeb Belaïz a dressé un
constat peu reluisant du passage de Addou Mohamed Kebir à la tête de la
Wilaya d’Alger.
Abder Bettache - Alger (Le Soir)
Le successeur de Daho Ould Kablia à la tête du département de
l’intérieur n’a point mis en exergue les réalisations enregistrées
durant les neuf années du règne de Addou Mohamed Kébir à la tête de la
Wilaya d’Alger. Et dire, de l’avis d’un grand nombre d’observateurs, que
«beaucoup de choses ont été enregistrées au niveau de la wilaya d’Alger,
dont la réalisation de près de 60 000 logements ou encore les multiples
opérations d’embellissement engagées dans plusieurs communes de la
capitale».
Stratégie de communication oblige, peut-être que le ministre de
l’Intérieur a voulu mettre la «pression» aux élus locaux ou encore
donner à son discours un ton électoraliste, à quelques mois des
présidentielles d’avril prochain. Il n’en demeure que, lors de son
intervention, Tayeb Belaïz a plaidé pour le «renforcement de la sécurité
des citoyens, l'aménagement de l'environnement et la lutte contre la
bureaucratie absurde».
Une feuille de route qu’il a qualifiée «d’urgence» et dont le nouveau
wali est appelé à mettre en exécution dans les plus brefs délais. «La
priorité pour les Algérois consiste, aujourd'hui, en le renforcement de
la sécurité qui, même si elle est assurée en grande partie, fait
relativement défaut dans certains quartiers et places publiques de la
capitale», avait précisé M. Belaïz. Dans ce contexte, il a souligné,
impérative la prise en charge du dossier de l'aménagement urbain,
précisant que «la capitale a bénéficié d'un programme spécial et d'une
importante enveloppe financière, mais nous ne voyons rien sur le
terrain», appelant à favoriser les investissements dans ce domaine.
L'occasion était pour M. Belaïz d'évoquer le phénomène de la
bureaucratie «qu'il convient d'éradiquer par tous les moyens», rappelant
que le problème ne se posait pas au niveau des textes réglementaires,
mais plutôt au niveau de leur application «inexistante sur le terrain»,
a-t-il souligné. Il a précisé, dans ce sens, que son département avait
passé en revue l'ensemble des dossiers requis par les administrations
ajoutant que «50% des documents requis pour la formation de ces dossiers
ne sont pas prévus par les textes de loi, mais ont plutôt été introduits
à la demande des responsables et à leur guise».
Pour M. Belaïz, être à l'écoute des citoyens et leur permettre d'accéder
à un service public de qualité «est un droit consacré par la
Constitution» et «il est interdit de s'adonner à toute forme de
marginalisation du citoyen».
A cette occasion, le ministre d'Etat a invité les responsables locaux,
dont les walis délégués et présidents d'Assemblées populaires communales
(APC) à associer le citoyen à la prise de décisions le concernant,
conformément au code communal qui souligne le droit du citoyen à
assister aux délibérations des APC et des Assemblées de wilaya et à
faire valoir ses objections concernant les décisions prises.
«Le citoyen est en droit de déposer plainte auprès des tribunaux
administratifs en cas de nécessité», a-t-il ajouté. Le discours prononcé
avant-hier par le ministre de l’Intérieur est à décoder, tout en sachant
que la nomination de Addou Mohamed Kébir à la tête de la Wilaya d’Alger
en 2004 a eu lieu sur décision personnelle du Président Bouteflika.
Ce lundi, Tayeb Belaïz dira que la nomination de M. Zoukh à la tête de
la Wilaya d’Alger s’est faite sur décision du premier magistrat du pays.

A. B..

Categorie(s): actualités

Auteur(s): A. B..

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..