Suite à une décision de démolition signée par l’APC de Bouira: Les gendarmes reculent face à une tentative de suicide collective

Lesoir; le Mardi 1 Decembre 2015
2

Plusieurs citoyens concernés par les constructions
illicites et pour lesquels la commune avait décidé de démolir, se sont
regroupés hier lundi devant leurs bâtisses sises au quartier Ouled
Bellil afin de faire barrage à cette entreprise de démolition.
Sur les lieux, alors que le maire essayait d’expliquer aux concernés le
caractère illégal de leurs bâtisses et la nécessité de les démolir, en
leur rappelant qu’il ne faisait qu’appliquer les lois de la République,
alors que les gendarmes étaient déployés en force pour appliquer ces
décisions de démolition, les dizaines de citoyens concernés, et ne
pouvant voir le fruit de leurs économies détruit en quelques minutes,
ont décidé de se mettre tous sur la voie publique pour empêcher les
bulls d’avancer à moins de passer sur leurs corps.
Voyant cela, les gendarmes ont reculé mais pour essayer de raisonner les
concernés du caractère irréfutable de la démolition. Le maire présent,
et voyant ces cas désespérés et connaissant la majorité de ces citoyens,
a téléphoné au wali pour essayer de trouver une solution mais le wali,
et selon les dires du maire, a maintenu la décision de démolir et a même
préconisé l’appel des renforts de la gendarmerie. Chose qui a été faite
mais avec l'arrivée des renforts, c’est le porte-parole des citoyens
concernés par ces démolitions, en l’occurrence Tali Slimane qui possède
une bâtisse illicite sur les lieux, qui est monté au troisième étage de
sa bâtisse et au moment où il lisait la Fatiha pour se lancer dans le
vide, tout le monde avait accouru pour le raisonner depuis le maire
jusqu’au chef des gendarmes qui lui promettaient de surseoir à la
démolition, en passant par ses propres enfants, des enfants âgés et
mariés, qui pleuraient en craignant pour la vie de leur père, et les
dizaines de présents qui étaient en colère.
Finalement, tout s’était bien passé et les gendarmes ont tenu parole en
quittant les lieux mais en invitant les concernés qui, faut-il le
souligner, ont tous bâti sur leurs propres lots mais sans avoir le
permis de construire, d’essayer de régulariser leurs situations.
Espérons que le wali fera quelque chose et se montrera plus humain qu’il
ne l’a été hier lundi en se confinant dans son bureau et en donnant des
ordres à un maire désarmé face aux larmes des gens, - nous l’étions tous
- des hommes qui avaient l’âge de son père.
Y. Y.

Categorie(s): régions

Auteur(s): Y. Y.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..