Syrie : Damas accuse les rebelles d'attaquer les convois humanitaires

Lesoir; le Mardi 5 Novembre 2013
2

Le régime syrien a accusé hier les rebelles de
bloquer l'acheminement des aides humanitaires vers les régions dévastées
par le conflit et d'attaquer des convois d'organisations
internationales.
Les Etats-Unis avaient de leur côté fustigé la semaine dernière les
autorités syriennes pour avoir «bloqué les accès humanitaires» en Syrie
et l'opposition dénonce régulièrement le siège asphyxiant par l'armée
des villes et villages sous contrôle rebelle.
«Les groupes terroristes (rebelles, ndlr) ont confisqué et mis la main
sur les aides (transportées) par de nombreux convois envoyés vers les
provinces syriennes et les ont distribués aux hommes armés», a affirmé
Fayçal Moqdad, vice-ministre syrien des Affaires étrangères lors d'une
conférence de presse à Damas.
Ils n'ont «pas permis (à ces convois) d'atteindre la population
syrienne», a ajouté le ministre.
«Nous n'avons pas bloqué l'acheminement des aides humanitaires dans
aucun endroit en Syrie, a-t-il martelé. Mais les organisations
humanitaires avec qui nous coopérons nous ont informés que les hommes
armés dans telle ou telle autre région ont attaqué des convois qui se
dirigeaient vers Alep», la métropole du nord.
Le 25 octobre, la patronne des opérations humanitaires de l'ONU, Valérie
Amos, avait appelé le Conseil de sécurité à faire pression de manière
constante sur le gouvernement syrien et les groupes rebelles pour qu'ils
laissent passer l'aide humanitaire nécessaire dans de nombreuses
régions.
Selon elle, outre les plus de 110 000 morts dus à la guerre, des
maladies graves comme la polio se répandent rapidement, et le cancer ou
le diabète font de nombreuses victimes faute de médicaments. Mardi
dernier, l'Organisation mondiale de la santé a confirmé dix cas de
poliomyélite touchant des enfants syriens, dans le nord-est, alors que
le pays n'avait plus connu d'éruption de poliomyélite depuis 1999.
M. Moqdad a accusé lors de la conférence de presse les rebelles de
bloquer l'accès aux services sanitaires, s'engageant à ce que tout
enfant syrien, qu'il soit en zone rebelle ou sous le contrôle du régime,
soit vacciné. Depuis des mois, l'opposition dénonce le siège de régions
près de Damas comme Mouadamiyat al-Cham, des militants et des ONG
rapportant de nombreux cas de décès en raison de la famine.
Des centaines de personnes ont été évacuées de cette ville au cours des
dernières semaines en raison de la situation humanitaire catastrophique.

Categorie(s): monde

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..