TLEMCEN: Le FLN perd du terrain, un taux de participation contesté

Lesoir; le Samedi 1 Decembre 2012
2

Les élections de jeudi ont été marquées par de nombreux incidents signalés. Au niveau de certains bureaux de vote, il y a eu des tentatives de fraude. C’est le cas notamment à Bensekrane.
Selon un confrère, une femme encadreur avait été surprise en train de frauder au profit du RND et fut immédiatement évincée de l’opération de vote, en attendant les mesures qui vont être prises. Quant au taux de participation avancé (42% pour les APC et de 43% pour l’APW), il a surpris plus d’un, y compris les candidats eux-mêmes. Et pour cause, aux environs de 10h, les électeurs ne se bousculaient pas devant les bureaux de vote et le spectre d’une forte abstention était bien réel. A 18h, ce taux est subitement passé à 36% pour atteindre finalement plus de 42%. Il est difficile de faire croire à une soudaine mobilisation des électeurs par une journée pluvieuse où le thermomètre était au plus bas . Non, il n’y avait pas la foule des grands jours pour ce scrutin et le taux officiel de participation ne changera pas grand-chose, si ce n’est le recul du FLN qui perd la majorité au niveau de la plupart des communes, selon les premiers résultats. Et son premier revers, l’ex-parti unique le subira dans la commune de Laricha qui bascule dans le parti d’Amara Benyounès. C’est un événement historique pour cette localité steppique qui est restée entre les mains du FLN depuis l’indépendance. Les communes du Grand-Tlemcen vont changer de mains, à l’exception de Chetouane où le FLN sera probablement reconduit. On remarquera que les mêmes personnes qui n’ont cessé d’appeler la population à un vote massif dénoncent aujourd’hui une fraude massive. Pour l’APW, il est difficile de désigner un vainqueur, car les trois formations politiques qui arrivent en tête (FLN, RND et FNA) sont en ballotage. Les élections de ce 29 novembre ne changeront rien au quotidien des citoyens, la classe politique et le pouvoir essuient un autre échec qui aura de graves conséquences pour la prochaine échéance électorale. Un signe qui ne trompe pas en tout cas. Les populations rurales qui votaient en masse se sont rebiffées et n’accordent aucun crédit aux discours politiques.
M. Zenasni

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. Zenasni

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..