Un avion russe abattu par la Turquie: «Un coup de poignard dans le dos», affirme Poutine

Lesoir; le Mercredi 25 Novembre 2015
2

Le président russe Vladimir Poutine a averti hier
Ankara des «conséquences sérieuses» sur leurs relations après le «coup
de poignard dans le dos» infligé par l'armée turque, qui a abattu un
avion de combat russe à la frontière syrienne.
«La perte d'aujourd'hui est un coup de poignard dans le dos qui nous a
été porté par les complices des terroristes», a déclaré M. Poutine au
début de ses entretiens avec le roi de Jordanie Abdallah II.
«Je ne peux qualifier autrement ce qu'il s'est passé aujourd'hui. (...)
Nous ne tolérerons jamais que des crimes comme celui d'aujourd'hui
soient commis», a poursuivi le Président russe. Un avion de combat russe
Su-24 avec deux pilotes à bord a été abattu mardi par l'armée turque.
Selon le Président russe, l'avion a été touché en Syrie à un kilomètre
de la frontière turque et s'est écrasé à quatre kilomètres, en
territoire syrien. Ankara affirme que l'avion avait pénétré dans son
espace aérien.
«Bien sûr, nous allons analyser tout ce qu'il s'est passé. Et cet
événement tragique va avoir des conséquences sérieuses sur les relations
russo-turques», a prévenu le chef de l'Etat russe.
Selon M. Poutine, l'avion et les pilotes russes «ne menaçaient nullement
la Turquie» puisqu'ils «remplissaient leur mission principale» en
frappant des groupes de combattants principalement composés de
ressortissants russes dans le nord de la province de Lattaquié.
«Nous avons toujours eu avec la Turquie des bonnes relations de
voisinage mais plus encore des relations amicales avec le gouvernement.
Je ne sais pas qui avait besoin de ce qu'il s'est passé aujourd'hui.
Sûrement pas nous», a asséné M. Poutine.
Le Président russe a en outre regretté qu'Ankara ait demandé une réunion
extraordinaire de l'Otan, dont elle est membre, au lieu de discuter de
ce problème directement avec Moscou. «Nous avons signé avec les
Américains un accord sur la prévention des incidents dans le ciel
syrien. La Turquie fait partie de ceux qui prétendent lutter contre le
terrorisme dans la coalition américaine», a rappelé M. Poutine sans
préciser en quoi cet accord concernait Ankara.
Parallèlement, les autorités russes ont déconseillé à leurs concitoyens
tout voyage en Turquie en raison du nombre d'actes terroristes dans ce
pays, a annoncé hier le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï
Lavrov après que le bombardier russe a été abattu par l'aviation turque.

«Le nombre de manifestations de terrorisme sur le territoire turc n'est
pas moindre, selon nos estimations, qu'en Égypte. Nous déconseillons
donc à nos concitoyens de se rendre en Turquie à des fins touristiques
ou autres», a déclaré M. Lavrov à la télévision.
La Turquie constitue la principale destination touristique des Russes au
coude à coude avec l'Égypte, vers laquelle toutes les liaisons aériennes
ont cessé après le crash de l'Airbus russe dans le Sinaï.

Categorie(s): monde

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..