UN CODE POUR LES DROITS DE L’ENFANT : Une «urgence» selon le réseau NADA

Lesoir; le Mardi 18 Decembre 2012
2

Afin de rendre justice aux enfants, le Réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant NADA interpelle les pouvoirs publics à rouvrir le dossier du projet de loi sur le code des droits de l’enfant. Selon le président du réseau NADA, un code sur les droits de l’enfant a été préparé depuis 2006 par le ministère de la Justice avec la participation de la société civile. Ce projet n’a, cependant, connu aucune suite depuis. Abderrahmane Arrar, qui a animé, hier, une conférence-débat au forum du quotidien DK News sur la protection des droits de l’enfant, lance un appel à l’égard des pouvoirs publics pour rouvrir le dossier dont, dit-il, certains articles nécessitent une révision. Selon M. Arrar, ce projet de loi «apporte beaucoup de solutions aux nombreux problèmes que rencontrent les enfants aujourd’hui, liés notamment à la protection judiciaire et sociale et aux programmes de structures d’accueil». Victimes de toutes formes de violences ou exploités dans des réseaux de mendicité, le président du réseau NADA, estime que ce code est une protection pour les enfants. Selon lui, les pouvoirs publics doivent intervenir pour mettre fin aux atrocités affrontées par cette frange vulnérable de la société. Pour une meilleure prise en charge de ses besoins, l’intervenant plaide pour l’association des enfants dans la prise de décision. «Aucune APC n’a intégré dans ses structures un département de droits de l’enfant » regrette M. Arrar. Avant de s’interroger «est-ce que tous les plans mis en place prennent en considération le développement de l’enfant ?» Pour le président du reseau NADA «il y a beaucoup de lacunes». Parmi elles, le déficit enregistré au niveau des centres d’accueil ainsi que l’absence de tribunaux pour enfants. «Nous n’avons ni avocats, ni huissiers de justice ni de procureurs spécialisés en droit de l’enfant» déplore le conférencier. Il a souligné, par ailleurs, que le réseau a déposé plusieurs requêtes pour alerter les services de sécurité sur l’exploitation des enfants dans des réseaux de mendicité. Ces cris d’alarme sont restés sans suite.
Salima Akkouche

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Salima Akkouche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..