Un composé du brocoli pour soigner l’autisme

Lesoir; le Dimanche 29 Novembre 2015
2

Un composé du brocoli, le sulforaphane améliore
plusieurs symptômes comportementaux de l’autisme, dans un petit essai
clinique.
A la liste déjà longue des bienfaits du brocoli – prévention du cancer
colorectal, amélioration de l’arthrose et de l’asthme, détoxification de
l’organisme –, une nouvelle étude parue dans Proceedings of the National
Academy of Sciences pourrait en ajouter un nouveau. Chez des jeunes
présentant un trouble du spectre de l’autisme, le sulforaphane,
composant du brocoli, permet d’améliorer certains troubles du
comportement liés à la maladie, comme l’interaction sociale et la
communication verbale.
Dans cette étude, les chercheurs ont administré quotidiennement pendant
18 semaines et par voie orale du sulforaphane, issu de brocolis, à 29
jeunes hommes (13 à 27 ans) atteints de troubles du spectre de
l’autisme. Le groupe de contrôle (15 participants) a reçu un placebo.
Les effets du sulforaphane sur le comportement ont été évalués par trois
tests comportementaux remplis par les parents, les soignants et les
médecins (Aberrant Behavior Checklist (ABC), Social Responsiveness Scale
(SRS), et Clinical Global Impression Improvement Scale (CGI-I) avant et
après l’intervention.
Au bout de 4 semaines de traitement par le sulforaphane, des
améliorations apparaissent déjà et continuent d’augmenter jusqu’à la fin
de l’intervention. Après 18 semaines de traitement, les scores des tests
ABC et SRS ont diminué de 34% et 17% respectivement, démontrant une
amélioration comportementale notamment sur des paramètres tels que la
léthargie, l’irritabilité, l’hyperactivité, la communication et la
motivation. Les chercheurs ont noté qu’après l’arrêt du traitement avec
le sulforaphane, les scores ABS et SRS ont eu tendance à revenir à leur
niveau initial (avant l’intervention).
Dans le groupe qui a pris du sulforaphane, après 18 semaines de
traitement, les chercheurs ont remarqué une nette amélioration, évaluée
par l’échelle CGI-I- au niveau de l’interaction sociale pour 46% d’entre
eux, au niveau des comportements aberrants pour 54% d'entre eux et au
niveau de la communication verbale pour 42% d'entre eux.

Categorie(s): le soir santé

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..