VERSEMENT DES PENSIONS DE RETRAITE: Algérie Poste perd l’exclusivité

Lesoir; le Mercredi 12 Decembre 2012
2

Algérie Poste perd l’exclusivité en matière de domiciliation et de versement des pensions de retraite, des salaires des fonctionnaires et des remboursements de la Sécurité sociale. En même temps qu’Algérie Poste, les banques pourront aussi domicilier et verser ces montants.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Ce qui permettra d’«alléger la
pression qui pèse sur Algérie Poste», déclarait, hier, le délégué
général de l’Association des banques et établissements financiers (ABEF).
Invité de la rédaction de la Chaîne III de la Radio nationale,
Abderrazak Trabelsi est revenu sur l’instruction émise récemment par le
Premier ministre, Abdelmalek Sellal, visant à faciliter dès le mois
prochain les procédures d’ouverture de comptes bancaires et l’accès aux
crédits d’investissement. Adressée, outre les banques et l’ABEF, à huit
ministères dont le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité
sociale, cette instruction lève le monopole, l’exclusivité détenue
jusque-là par l’opérateur postal même si le versement des pensions sur
les comptes courants postaux (CCP) est maintenu.
Débureaucratiser la relation client-banque
De fait, l’instruction du Premier ministre qui a mis fin à «un
enchevêtrement de dispositions réglementaires éparses, faisant
intervenir plusieurs institutions et parfois même dans l’incohérence»,
dira M. Trabelsi, appelle tant les banques que l’ensemble des autres
établissements financiers et économiques à contribuer à la «débureaucratisation»
de la relation client-banque. Pour ouvrir un compte bancaire, le client
ne devra, donc, présenter que le minimum de pièces administratives (une
pièce d’identité en cours de validité et un document officiel prouvant
l’adresse), a précisé Abderrazak Trabelsi. De même, les personnes sans
revenus réguliers peuvent dorénavant ouvrir un compte bancaire, la
présentation d’un bulletin de paie n’étant plus une obligation et les
banques seront tenues d’accéder à toutes les demandes. Ce qui consacre
en fait un droit fixé par la loi sur la monnaie et le crédit et que «par
précaution», dira M. Trabelsi, certaines banques n’ont pas respecté en
refusant des clients dans l’impossibilité de présenter la preuve d’un
revenu régulier et identifié.
Vers la réduction des délais de financement
Les opérateurs économiques bénéficieront également de facilitations
concernant l’octroi de crédits bancaires. A ce sujet, le délégué général
de l’ABEF a précisé que le problème ne se pose pas en termes de nombre
de pièces mais plutôt de délais, «considérés comme très longs, dus à des
vérifications répétitives et qui sont faites par plusieurs
institutions». A ce titre, l’instruction de M. Sellal recommande
d’«alléger ces procédures en agissant, en intervenant sur la réduction
des délais», dira M.Trabelsi. Cela signifie, a-t-il ajouté, «une
standardisation des règles de fonctionnement, l’information à l’adresse
des clients sur les conditions de crédits et l’authentification des
documents par l’institution bancaire et l’environnement institutionnel
et non par le client». Certes, les délais varient en fonction de la
nature du crédit et de la taille de l’entreprise, note l’invité
radiophonique. Néanmoins, «l’idée est de standardiser les procédures et
que ce ne soit pas du cas par cas», note M. Trabelsi qui estime qu’«en
standardisant, ça permettra de donner plus de visibilité pour le client,
de connaître par avance les délais d’étude d’un dossier. Ce ne sera plus
aussi aléatoire».
En quête d’une interconnexion
Comme l’opérateur économique n’aura plus à subir des «tracasseries »
en matière d’authentification des documents exigibles et, donc, une
perte de temps. Et cela grâce à une «interconnexion» entre les banques
et le Centre national du registre du commerce (CNRC) ainsi qu’avec
d’autres institutions dont le Centre national de l’informatique et des
statistiques (Cnis), relevant des Douanes. Une dynamique en ce sens est
déjà impulsée, systématisée, selon le délégué général de l’ABEF qui
estime que cela «permettra de gagner du temps, de sécuriser
l’information et de pouvoir accéder à la source de l’information».
Rien ne change concernant le contrôle
Par conséquent, «les premiers à être soulagés seront les banques qui
ne vont plus demander autant de documents qu’elles ne souhaitent pas
avoir. Elles veulent avoir une information qui leur permette d’exercer
leur métier», dira Abderrazak Trabelsi. Ce qui permettra d’assurer la
traçabilité des transactions, d’autant que «les banquiers continueront à
exercer leur métier conformément à la réglementation en vigueur»,
notamment en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. A ce
propos, le délégué général de l’ABEF a précisé que «la facilitation
accordée ne signifie pas qu’il ne faut plus faire de contrôle. De ce
point de vue, rien n’est changé. Heureusement. Ce qui relève de la
banque doit être fait par elle. Ce n’est plus au client de le faire mais
à la banque dès lors que l’environnement le permet».
La dépénalisation de l’acte de gestion, incontournable
A charge, cependant, que l’acte de gestion bancaire, la prise de
risque soit dépénalisé. A ce propos, Abderrazak Trabelsi a indiqué que
l’instruction du Premier ministre «énonce» l’engagement d’une «démarche
impliquant différentes institutions et notamment le ministère de la
Justice, en relation avec la Banque d’Algérie, pour pouvoir prendre en
charge ce problème qui est effectivement bloquant». Et ce, dans la
mesure où «on ne peut s’attendre à une plus grande implication des
banquiers dans l’acte d’octroi, dans le risque de crédits dès lors que
ce risque est pénalisé», dira-t-il, souhaitant que cette contrainte soit
«levée dans les meilleures conditions, les meilleurs délais».
D’autres conditions doivent être réunies
Pour autant, la réduction des délais de financement n’implique pas
automatiquement le développement de l’investissement, relève Abderrazak
Trabelsi qui estime que la réduction des délais est une «condition
nécessaire mais qui n’est pas suffisante». Et de prôner le développement
d’autres instruments. Il s’agit notablement de la consolidation du
leasing dont l’encours tourne autour de 60 milliards de dinars et qui va
bénéficier du maintien du statut dérogatoire aux sociétés de leasing en
matière d’amortissement fiscal, la redynamisation du
capital-investissement et des fonds d’investissement ainsi que de la
garantie institutionnelle... Et cela même si l’octroi des crédits
bancaires enregistre une «croissance régulière» de l’ordre de 16%, la
nécessité de développer l’investissement productif, notamment
industriel, et d’améliorer la dissémination du crédit entre les
entreprises de différentes tailles s’impose cependant, selon le délégué
général de l’ABEF.
A propos des créances non performantes
L’occasion pour Abderrazak Trabelsi de remettre en cause le chiffre
de 16% de crédits non performants, en assurant que «le niveau des
créances ne dépasse pas les 4%». Un niveau qui est «loin d’être
problématique» et que la débureaucratisation de la relation entre les
clients, les banques et leurs environnements permettra de réduire,
escompte le responsable de l’ABEF.
C. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): C. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..