VOYAGE CULINAIRE: M’decha bedqiq, un remède miracle contre le froid

Lesoir; le Samedi 22 Decembre 2012
2

Par H. Belkadi

Cette semaine, nous allons faire sortir des oubliettes un vieux plat
traditionnel typique de l’Algérois et qui a bercé l’enfance des
générations de nos parents et grands-parents. Ce plat, à base de
semoule, est tout indiqué en cette saison de froid et de pluie : il
s’agit de m’decha bedqiq.Nous sommes en pleine saison hivernale et dans les quartiers de la
Casbah, les soirées sont rudes. Après avoir fini de vaquer aux
occupations de la maison, les femmes se réunissent dans la grande cour (ouast
eddar) pour discuter de tout et de rien, et se reposer un court moment
avant de penser au menu du dîner. Certaines d’entre elles proposent des
recettes de plats qu’elles ont déjà cuisinés, d’autres voudront essayer
des recettes qu’elles auront pris dans un livre de recettes de cuisine,
d’autres encore ressortent les vieilles recettes d’une tante ou d’une
grand-mère. Cependant, khalti Atika, une femme d’un certain âge, ne se
lasse pas de parler de sa recette fétiche à laquelle elle tient
fortement et qu’elle donne volontiers à qui veut bien prendre. Elle ne
cesse de répéter que mdecha bedqiq qu’elle prépare depuis de longues
années ne vaut pas toutes ces nouvelles recettes que l’on trouve même
dans les plus grands livres de cuisine. Elle raconte comment sa mère
préparait cette soupe de semoule dont tous les membres de la famille
raffolaient. Elle cite les bienfaits de ce mets chaud et succulent qui
était aussi et surtout le remède miracle lorsque l’un des enfants
prenait froid et commençait à tousser. Alors, nous racontait-elle, sa
mère s’empressait d’aller à ses fourneaux pour préparer la fameuse soupe
qui va guérir son enfant. Elle tenait à lui faire manger la soupe
elle-même et veillait à ce qu’il la prenne bien chaude. Il ne devait
surtout pas boire de l’eau durant le repas. Et pour un effet guérissant
immédiat et sûr, il fallait se coucher aussitôt après. Cette recette
miracle était connue et appréciée de toute la famille et on la gardait
précieusement, comme un bijou de famille, pour être léguée à chaque
génération.

Categorie(s): soirmagazine

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..