Actualité, Casse-tête

Liberte; le Mardi 28 Mars 2006
3

La bataille est ainsi engagée. Les repentis représentent aujourd’hui non seulement un enjeu politique, mais aussi un vrai casse-tête sécuritaire.Maintenant que des centaines d’islamistes sont libres grâce aux dispositions de la charte, la question devient lancinante. Leur réintégration dans la société est-elle facile ? Il faut savoir que, bien avant la mise en œuvre du projet présidentiel, le dossier avait été pris en charge. Une véritable campagne de sensibilisation a été menée dans les prisons même avant que les détenus ne soient élargis. Les craintes de les voir reprendre le chemin du maquis, une fois libérés, ont inévitablement incité les autorités à agir, les repentis étant un enjeu politique de taille pouvant faire réussir ou capoter le processus de réconciliation. Si jusqu’à présent aucun incident majeur n’a été signalé, excepté les déclarations et autres provocations des anciens chefs islamistes, attitude qui a été rapidement condamnée par les plus hauts responsables de l’État, il n’en demeure pas moins que l’épreuve du terrain risque de créer de mauvaises surprises.Le GSPC étant encore en activité et gardant toujours ses capacités de nuisance tente de recruter, notamment dans les régions du centre du pays, Boumerdès en l’occurrence, et veut récupérer les anciens détenus. Et ce n’est certainement pas fortuit s’il leur tend la perche trois semaines seulement après leur libération. En voulant susciter en eux la tentation du maquis, cette organisation terroriste, qui a rejeté la charte, projette aujourd’hui de mettre en place de nouveaux réseaux de soutien afin de pouvoir relancer les attentats, notamment en milieu urbain.Les services de sécurité le savent, et d’importantes mesures sont prises pour éviter la catastrophe. Les repentis, eux, savent aussi que l’État qui a fait preuve jusqu’à présent de générosité envers ce qu’il considère comme “égarés” ne peut indéfiniment être clément avec les “récidivistes”. Le président Bouteflika l’a clairement fait savoir récemment en affirmant que “nous ne leur permettrons pas de récidiver de quelque manière que ce soit”. La bataille est ainsi engagée. Les repentis représentent aujourd’hui non seulement un enjeu politique, mais aussi un vrai casse-tête sécuritaire.S. T.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..