Actualité, Fatalité ?

Liberte; le Dimanche 12 Mars 2006
3

Dans un pays où le logement se fait rare, où les délais de réalisation sont longs et où le marché locatif est de plus en plus inabordable, il est malheureux de voir se dégrader de jour en jour le vieux bâti sans que les pouvoirs publics ne prennent des mesures adéquates et urgentes afin de faire face à la situation.Lorsque le 21 mai 2003, un violent séisme avait ébranlé la ville côtière de Zemmouri, touchant sérieusement Boumerdès, Alger et Tizi Ouzou, les autorités avaient pris conscience de l’impérieuse nécessité de mettre en place une nouvelle politique de l’urbanisme. Près de trois ans plus tard, les engagements ont-ils été tenus ? Au-delà du fait que la reconstruction des zones détruites par le tremblement de terre n’a pas encore commencé, c’est l’absence de stratégie de prévention qui se pose aujourd’hui avec acuité. Les résultats de l’enquête publiés par les experts architectes confirment l’urgence d’une solution. Dans un pays où le logement se fait rare, où les délais de réalisation sont longs et où le marché locatif est de plus en plus inabordable, il est malheureux de voir se dégrader de jour en jour le vieux bâti sans que les pouvoirs publics ne prennent des mesures adéquates et urgentes afin de faire face à la situation.Dans les grandes villes du pays, l’état des lieux est presque identique. Mauvais entretien de l’immeuble, absence de conciergerie, pas de contrôle des services concernés et manque de civisme des locataires sont autant de raisons qui sont à l’origine des dégâts.   Il a été dit et répété à quel point le laisser-aller risquait de peser sur l’avenir des générations futures. Dans le cas présent, le dossier du vieux bâti interpelle les responsables au plus haut niveau de l’État, puisque maintenant ce sont les sièges des institutions officielles qui sont concernés par la question. Quand on réussit la prouesse d’accumuler les difficultés en les ignorant ou, pire, en minimisant de leur importance, on est fatalement entraîné dans une mécanique infernale qui risque de broyer tout sur son passage. L’État est ainsi mis devant ses responsabilités.S. T.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..