Actualité, Redéploiement

Liberte; le Lundi 13 Mars 2006
3

La multiplicité de ces interlocuteurs permet à notre pays d’opérer un réajustement de sa stratégie, à travers la diversification de ses partenaires politiques et économiques, dans le but de sortir du face-à-face traditionnel entre Alger et Paris. C’est un ballet diplomatique sans précédent que l’Algérie connaît ces jours-ci. Vendredi dernier, c’est le président de la Fédération russe, Vladimir Poutine, qui est venu à Alger pour relancer la dynamique de coopération traditionnelle entre l’Algérie et la Russie et lever l’hypothèque sur les relations bilatérales à travers le règlement de la question de la dette. Le chef de l’État sud-coréen achève aujourd’hui sa visite dans notre pays, conclue par la signature d’une déclaration de partenariat stratégique. Il y a quelques semaines, c’est le président brésilien, Lula, qui était l’invité de notre pays. Et l’on annonce l’arrivée à Alger, dans les jours qui viennent, du président tunisien. La première lecture à donner à ce défilé de chefs d’État, c’est que l’Algérie, après avoir été quasiment  mise au ban des nations, devient aujourd’hui un pays où il fait bon se rendre.D’abord pour le poids qui est le sien dans les équations stratégiques, aussi bien à l’échelle du Maghreb, de l’Afrique, de la Méditerranée que du Moyen-Orient. Ensuite en raison de sa santé financière, avec une manne providentielle avoisinant les 60 milliards de dollars, qui suscite bien des appétits. Mais dans le même temps, la multiplicité de ces interlocuteurs permet à notre pays d’opérer un réajustement de sa stratégie, à travers la diversification de ses partenaires politiques et économiques, dans le but de sortir du face-à-face traditionnel entre Alger et Paris. En fait, il s’agit d’un redéploiement significatif que le retour à la paix civile a rendu possible aujourd’hui. N. S.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..