AÏN TÉMOUCHENT, La sardine tourne le dos à la petite bourse

Liberte; le Mercredi 4 Mars 2015
123427

Jusqu’où iront les barons de la pomme de terre et du poisson avec leur appétit qui semble ne pas connaître de limites ? Il n’y a qu’à faire un tour du côté des différents marchés de fruits et légumes implantés à travers la wilaya de Aïn Témouchent pour se rendre à l’évidence de cette réalité, dont les conséquences commencent à se faire sentir même chez les familles qui se croyaient être à l’abri.
Pour les marchands de fruits et légumes, le problème est ailleurs. “Nous subissons au même titre que nos clients le diktat de ceux qui ont le monopole de la commercialisation et de la spéculation des produits au marché de gros”, nous fera savoir l’un d’eux. La pomme de terre a été cédée, il y a deux jours, à 120 DA/kg, un légume indispensable à la table algérienne, “mais avec le rythme imposé par les barons, nous risquons de l’abandonner à défaut de ne se limiter qu’à elle seul au détriment des autres produits”, nous dira une mère de famille. Les autres légumes connaissent aussi une flambée des prix inimaginable, à l’exception du poulet qui varie entre 220 et 230 DA le kg. Mais ce qui est surprenant par contre, c’est le prix du poisson bleu qui donne le tournis.
Affichée entre 700 DA/kg et 800 DA/kg à Hammam Bou-Hadjar, la sardine s’éloigne de plus en plus des plats des ménages au revenu dit moyen.
Certains citoyens sont arrivés même à acheter du poisson à la pièce afin de ne pas en priver leurs enfants.
Et dire que Aïn Témouchent, à travers ses deux ports, Béni Saf et Bouzedjar, était considérée comme celle qui réalise une production halieutique record par rapport aux autres wilayas du littoral, en dépit des différents programmes de relance économique dans le secteur et pour lesquels l’État a consenti des dépenses colossales.  

M. L.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): LARADJ M

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..