Aïn Témouchent, Les gardes forestiers veulent récupérer leurs armes de service

Liberte; le Dimanche 7 Decembre 2014
3

Les gardes forestiers relevant de la Conservation des forêts de la wilaya de Aïn Témouchent ont répondu jeudi dernier à l’appel de la Fédération nationale des travailleurs des forêts, de la nature et du développement rural en observant un mouvement de protestation devant le siège de leur conservation. Les protestataires ont saisi cette occasion pour marquer une minute de silence à la mémoire de leurs collègues qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur fonction à la suite d’agressions physiques, dont la dernière victime en date est le défunt Salah Guetiche, de la circonscription de Bekaria, dans la wilaya de Tébessa. Cette action de protestation fait suite aux multiples agressions et menaces perpétrées par les différents réseaux de la mafia du foncier et des bandes criminelles spécialisés dans le pillage et l’exploitation illégale des biens forestiers. Madoui Aïssa, secrétaire général de la section syndicale des travailleurs des forêts de la wilaya de Aïn Témouchent, relevant de la FNTFNDR, a déclaré à la presse que ce mouvement est un acte de solidarité avec toutes les victimes, alors que “le garde forestier qui participe à la préservation du patrimoine forestier trouve d’énormes difficultés sur le terrain pour accomplir sa mission devant les  menaces des braconniers et ceux qui s’acharnent à construire à l’intérieur de la forêt, à l’exemple de Béni Saf”. A ce titre, les protestataires interpellent les plus hautes autorités de l’Etat pour qu’elles s’engagent à prendre toutes les mesures nécessaires à même de protéger les droits des agents des forêts, préserver leur dignité et leur intégrité physique et morale. Ils exigent, en outre, la récupération de l’arme de service conformément à la loi nº84-12 du 23 juin 1984 portant régime général des forêts, et au statut 127-11, et aussi de mettre fin aux agissements des barons du foncier. Ce mouvement, rappelons-le, sera renouvelé mercredi prochain. A défaut d’une réelle volonté, celle de réhabiliter l’agent dans ses droits, le communiqué laisse présager un durcissement de ton, avec cette menace à peine voilée de recourir à une paralysie du secteur des forêts.

M. L.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): LARADJ M

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..