Alliance Citoyenne , Un parti qui veut bousculer le jeu politique

Liberte; le Samedi 17 Decembre 2011
3

L’alliance citoyenne est un nouveau parti  qui fera bientôt partie du paysage politique national. Ses membres fondateurs n’attendent que le feu vert du ministère de l’Intérieur pour mettre le pied à l’étrier et participer à la compétition politique. Mais dans l’attente de l’agrément, qui sera délivré une fois la nouvelle loi organique sur les partis politiques validée, et cela Mourad Bouyahiaoui, porte-parole provisoire du parti n’en doute pas, l’opération de structuration bat son plein.  Une sorte de précongrès qui a regroupé le 24 septembre dernier à Sidi-Fredj 400 personnes  s’est déjà tenu pour finaliser les contours de cette nouvelle formation politique qui ambitionne de mettre au cœur de son action politique la notion de citoyenneté. “Nous avions pu tenir cette réunion après avoir obtenu une autorisation de la wilaya  d’Alger, en présence d’un huissier de justice sur la base d’une ordonnance rendue par le juge et à partir de là, on a déposé le 1er octobre les copies de notre programme ainsi que la liste de membres fondateurs”, explique encore Mourad Bouyahaoui pour qui “le dossier satisfait pleinement aux exigences de la loi”.En attendant la tenue du congrès constitutif, les membres fondateurs ont déjà sillonné les quarante-huit wilayas du pays pour l’ouverture des bureaux régionaux.La campagne d’adhésion connaît un franc  succès aux dires de M. Bouyahiaoui qui assure que 100 000 cartes d’adhésion  sont tirées et épuisées et un autre tirage est attendu. “On a été agréablement surpris par l’accueil que nous ont réservé les citoyens”, se réjouit encore notre interlocuteur qui voit dans cet accueil enthousiaste, un signe positif et surtout un gage d’avenir pour cette nouvelle formation qui ambitionne de bousculer le jeu politique.  En effet, les fondateurs de ce parti, à 90% des universitaires (avocats, chercheurs, gens de la communication, du cinéma) des chômeurs se veulent pragmatiques. “Nous sommes porteurs d’un projet qui n’est pas du tout articulé sur un socle dogmatique et idéologique, mais sur la base de valeurs citoyennes”, a tenu à clarifier encore M. Bouyahaoui, lui-même haut cadre à Sonatrach pour qui cette nouvelle formation “ne doit pas être une addition de personnes mais un espace synergique de personnes qui apportent chacune son expérience et son vécu”. Une expérience pour réponde “à une attente réelle des Algériens qui aspirent à un changement politique pour pouvoir y apporter leur contribution”.Pleinement inscrits dans le cadre républicain, les responsable de l’Alliance citoyenne se veulent donc “un parti novateur” tourné vers la jeunesse au moment où cette dernière est à la recherche de ses tropismes identitaires. Question argent, c’est le bénévolat, chacun y va de ses deniers, assure encore M. Bouyahiaoui qui n’est pas du reste un novice en politique puisqu’il a un parcours entamé dans les années quatre-vingt-dix dans un parti politique avec qui il a pris ses distances. “Il n’y a personne derrière ce parti, tout le monde reste devant”, nous rétorquera, pour sa part, avec un sens de la répartie, Hamadouche Mabrouk, autre membre fondateur en charge de la structuration de l’émigration, en réponse à notre question de savoir s’il y avait des personnes derrière la mise en orbite de l’Alliance citoyenne. O. OUALI

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..