Amara Benyounès à propos des licences d’importation, “Elles concerneront une vingtaine de produits”

Liberte; le Mercredi 20 Mai 2015
110765

Le ministre a souligné que “ces autorisations seraient mises en place en concertation avec les ministères en charge de l'Agriculture, de l'Industrie, de la Pêche et de l'Artisanat”.
Prévues dans la loi relative au commerce extérieur qui devrait être présentée prochainement à l'APN, les licences d’importation concerneront une vingtaine de produits. Amara Benyounès, ministre du Commerce, l’a fait savoir, hier, lors d’une rencontre sur la promotion de la production nationale et les marchés spécifiques pour le mois de carême en présence du SG de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd et Abdelkader Kadi, ministre de l’Agriculture. “Le nombre de produits qui seront soumis à ces licences ne va pas dépasser une vingtaine sur les centaines de milliers que nous importons”, a affirmé M. Benyounès.
Il a cité le ciment dont la facture annuelle est de 600 millions de dollars, les aliments de bétail avec 1,6 milliard de dollars et les véhicules avec de plus de 6 milliards de dollars. “Ce sont ces produits qui vont être concernés par les licences d'importation et non pas les kiwis ou les bananes dont la facture représente peu sur la balance commerciale”, a-t-il expliqué.
Le ministre a souligné que “ces autorisations seraient mises en place en concertation avec les ministères chargés, respectivement, de l'Agriculture, de l'Industrie, de la Pêche et de l'Artisanat”, précisant que le ministère du Commerce et celui des Finances seront chargés de la gestion de ces licences. “Nous avons besoin d'un assainissement important dans notre commerce extérieur et d'une rationalisation de nos importations”, a-t-il dit, soutenant qu’“il y va de la survie du pays”. Dans cette mission, Amara Benyounès croit dur comme fer que nul ne pourra sonner le glas de son engagement à mettre de l’ordre dans le secteur hormis le chef de l’État. “Seul le Président pourra m’arrêter dans ma mission”, a-t-il dit, soulignant que “la protection de la production nationale et l'assainissement du commerce extérieur vont déranger des lobbies qui sont extrêmement forts et puissants”. Concernant l’opération de lancement de marchés spécifiques, M. Benyounès a souligné que le but est “de préserver le pouvoir d’achat des citoyens” et “de privilégier la production nationale.”
Cette opération qui a déjà recueilli l’adhésion de 22 wilayas, avec 175 sites mis à disposition, sera généralisée à l’ensemble du pays sous peu. Abdelmadjid Sidi-Saïd a, quant à lui, loué l’engagement du ministre du Commerce à qui il a rendu hommage. “Benyounès a imprégné une nouvelle dynamique au secteur”, a-t-il dit, ajoutant que l’initiative “Consommons algérien” est l’une des solutions “pour booster l’économie”. M. Allioui, du ministère de l’Agriculture, a appelé au plafonnement des prix, dénonçant “les intermédiaires” dans le circuit commercial “qui provoquent des flambées des prix”.

M. M.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Mohamed Mouloudj

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..