après 20 jours de captivité, Le médecin de Béni Aïssi libéré

Liberte; le Mardi 6 Decembre 2011
3

L’ex-otage aurait révélé à certains de ses proches qu’il avait été kidnappé “pour une mission bien précise et particulière”, sans en dire plus, car voulant laisser la primauté aux services de sécurité.Enlevé par un groupe armé le 15 novembre dernier à Tala Bounane, sur la route reliant la commune de Béni Aïssi au chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, le cardiologue Djellal Nacer a été libéré sain et sauf dans la nuit de dimanche à lundi, vers minuit, non loin de l’endroit où il avait été kidnappé. Selon les informations recueillies sur place, la victime a été relâchée à environs cinq cents mètres de son village. Durant tout le trajet qu’il avait effectué avec ses ravisseurs jusqu’à l’arrivée au village, ce médecin de 50 ans avait les yeux bandés.Il a été conduit à bord d’un véhicule jusqu’à l’endroit précis où il a été relâché avant de regagner à pied son domicile.Il était près de 12h hier, et le va-et-vient des habitants et des proches était toujours incessant sur la sinueuse route qui conduit vers la demeure des Djellal, à Irahmounen, ce village situé à environ 6 kilomètres à la sortie sud de la ville de Tizi Ouzou.Dans la cour de la demeure, c’était l’otage lui-même, Djellal Nacer, qui accueillait tous les invités venus lui rendre visite. Les visites ont été déjà nombreuses durant toute la nuit. Bien que libéré tardivement par ses ravisseurs, entre minuit et une heure du matin, la nouvelle s’est vite répandue à Béni Aïssi où les habitants s’empressaient d’aller s’enquérir de la bonne santé de la victime et surtout partager la joie de son retour.Les visites se faisaient encore plus nombreuses durant toute la matinée d’hier. Entouré par ses proches, Djellal Nacer, avec une barbe qui laisse facilement deviner la durée passée en captivité, était souriant à notre arrivée.Ce qui laisse aisément comprendre que, contrairement à certains otages libérés qu’on a eu à rencontrer auparavant, il ne garde visiblement pas de traumatisme après 20 jours passés en captivité.D’ailleurs, le docteur Djellal confirme n’avoir pas été maltraité et qu’il a eu même accès à la presse durant toute sa captivité. Toujours est-il que le Dr Djellal aurait révélé à certains de ses proches qu’il avait été kidnappé “pour une mission bien précise et particulière”, sans en dire plus pour l’instant, car voulant laisser la primauté aux services de sécurité, tout en déclarant ouvertement qu’il n’a payé aucune rançon puisque, dit-il, “le motif de l’enlèvement était autre que l’argent”. En tout cas, à présent que Djellal Nacer, cette soixante-cinquième victime des enlèvements à Tizi Ouzou depuis 2006, a été heureusement libéré sain et sauf au grand bonheur de sa famille et de ses proches, la population de Kabylie continue de s’interroger sur ce terrible fléau qui hante toute la région depuis quelques années déjà. “À qui le tour ?”, se disent les citoyens sur un fond de vive inquiétude que nourrit le regain d’insécurité constaté ces dernières semaines dans toute la région.Samir LESLOUS

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..