Axe prioritaire de la coopération bilatérale algéro-tunisienne, La situation sécuritaire aux frontières “sous contrôle”

Liberte; le Lundi 18 Mai 2015
110727

Entre l’Algérie et la Tunisie, la sécurité des frontières communes et le développement sont les deux maîtres mots qui résument les relations bilatérales.

Cette visite officielle — la première du chef du gouvernement tunisien depuis sa désignation — aura surtout été l’occasion d’annoncer une nouvelle impulsion à la coopération bilatérale dans les domaines de l'énergie, du commerce, du tourisme et de l'industrie, devant avoir lieu lors de la réunion des commissions sectorielles mixtes qui se tiendra prochainement en prévision de la 20e session de la grande commission mixte, comme affirmé par Abdelmalek Sellal.
Cette session “amorcera une nouvelle étape dans notre action commune dans le cadre d'un partenariat stratégique global qui consacre le principe gagnant-gagnant en exploitant judicieusement nos potentialités et les ressources matérielles et humaines des secteurs public et privé”, dira-t-il en outre, et ce, avant d’appeler les opérateurs économiques et les hommes d'affaires des deux pays à participer “sérieusement et efficacement” aux grands projets communs de développement.
Pour M. Sellal, la visite du chef du gouvernement tunisien en Algérie “reflétait le niveau privilégié des relations entre les deux pays” et trouve son importance aussi dans le fait qu’elle intervient dans un contexte régional particulier. Lequel contexte est “marqué par la recrudescence du terrorisme et de l'extrémisme qui menacent la sécurité et la stabilité de notre région, ce qui nous interpelle à davantage de coordination, de concertation de coopération en vue de trouver les solutions idoines et les moyens à même d’y faire face”.
Aussi, en abordant la coopération sécuritaire, premier point au cœur de cette visite, les affirmations des responsables des deux pays s’imbriquent les unes dans les autres, pour mettre en exergue une coopération globale effective dans ce secteur. Le secrétaire d'État tunisien auprès du ministre de l'Intérieur chargé des Affaires sécuritaires, Rafik Chelli, a affirmé, dans ce sens, que la situation sécuritaire aux frontières était “sous contrôle”. “La coordination sécuritaire est effective, ce qui permet d'anticiper et d'empêcher les actes que pourraient commettre des groupes terroristes”,
a-t-il déclaré en marge d'une entrevue avec le secrétaire général du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, Ahmed Adli.
Globalement, la coopération entre l'Algérie et la Tunisie a enregistré un grand progrès sur les plans sécuritaire et de développement aux frontières, a-t-on indiqué.
L’occasion était mise à profit pour mettre en relief l'expérience algérienne dans la lutte antiterroriste aux frontières en tant qu’“exemple à suivre”. La situation en Libye a, en sus, figuré en bonne place dans les discussions des responsables de l’Exécutif, qui ont exprimé le souhait des deux pays de voir “la mise en place d'un gouvernement d'union nationale en Libye comme première étape pour un retour de la stabilité dans ce pays” sous l'égide des Nations unies.
À ce propos, il a estimé que “la sécurité de l'Algérie et de la Tunisie restent liées à celle de ce pays frère”.

A R.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Amar R

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..