BÉJAÏA, Les travailleurs de la Maison de la culture débrayent

Liberte; le Mardi 19 Mai 2015
110752

La section syndicale, nouvellement créée et affiliée au Snapap, “demande une commission d’enquête sur la gestion de la Maison de la culture et les abus de pouvoir de la directrice”.

Les travailleurs de la maison de la culture Taos-Amrouche de Béjaïa ont observé, hier, un débrayage de deux heures, soit de 9h à 11h. Ils ont répondu favorablement à l’appel à l’arrêt de travail de leur nouvelle section syndicale du Snapap.
Le débrayage a été appuyé par un rassemblement des travailleurs sur l’esplanade de la même institution. Les “grévistes” dénoncent “la mauvaise gestion de la maison de la culture, la marginalisation et le harcèlement moral et administratif des fonctionnaires, la médiocrité culturelle, le refus par la directrice d'un programme culturel et artistique de qualité, l’opacité dans la gestion du festival local de la musique et de la chanson kabyles, le harcèlement des syndicalistes, l’exclusion des compétences et, enfin, la tentative de division des fonctionnaires”.
Ainsi, la section syndicale, entravée dans sa création, selon les syndicalistes, “demande une commission d’enquête sur la gestion de la maison de la culture et les abus de pouvoir de la directrice”. Plus grave encore, la section syndicale accuse la directrice, dans une déclaration, de tous les maux. “Sa soif maladive du pouvoir personnel l’a poussée aussi à gérer comme bon lui semble le chapitre des prestations et fournitures sans le moindre respect des textes réglementaires. Des irrégularités procédurières inhérentes aux commissions d’ouverture des plis et celle du jugement des offres sont souvent signalées par le personnel, suscitant les foudres de la directrice contre celles et ceux qui ne l’auraient pas accompagnée servilement dans sa gestion ouvertement contraire à la réglementation”, écrit-on à ce sujet. Il y a lieu de signaler qu’une trentaine de travailleurs a adressé au ministère de la Culture, le 12 mai dernier, un rapport accablant contre la directrice sur la gestion de la maison de la culture, un rapport qui devrait faire réagir le nouveau ministre.
Toutefois, nos différentes tentatives pour rencontrer ou joindre au téléphone la directrice mise en cause dans le rapport et accusée publiquement durant le rassemblement, sont restées vaines. “La directrice est en réunion”. Et quand on a essayé de la joindre après 11h, “Il faut rappeler”, nous a déclaré au bout du fil sa secrétaire.
La section syndicale se déclare déterminée à ne pas baisser les bras jusqu’à ce qu’“une commission d’enquête soit diligentée pour faire toute la lumière sur la gestion de la Maison de la culture”.

L. O

Categorie(s): actualité

Auteur(s): OUBIRA L

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..