Belkacem Sahli à Chlef, Quand l’ANR défend le gaz de schiste

Liberte; le Lundi 16 Fevrier 2015
123385

Évoquant la situation politique actuelle du pays, il a déclaré que les Algériens sont devant 5 défis qu’il faut indéniablement, selon lui, relever en 2015.

“Le gaz de schiste n’a jamais été un danger pour l’être humain, mais cet élément est tout simplement gênant. Bien au contraire beaucoup de pays comme les États-Unis ou encore le Canada l’utilisent le plus normalement du monde sans aucune crainte. D’ailleurs, c’est au moyen de ce gaz qu’une guerre est menée contre l’Algérie. Et c’est aussi parce que ce gaz est en train d’être utilisé davantage dans les pays cités plus haut que le pétrole est en train de connaître une chute sans précédent”, a déclaré, hier, le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, lors d’une rencontre avec les militants de son parti à l’hôtel El-Hadef dans la ville de Chlef.
Le SG de l’ANR a également évoqué la situation à In Salah où les élus communaux sont, en majorité, issus de sa formation politique.
Il a fait savoir à ce propos que les manifestations pacifiques qui y ont eu lieu n’avaient rien de revendications sociales qui dépassaient, selon lui, le cadre local puisque les manifestants s’opposaient à l’exploitation du gaz de schiste. “Nos élus ont fait preuve de sagesse lors de ces évènements qui ont eu lieu dans le calme et aucun dépassement n’a été enregistré. Et de notre côté, nous avons pris toutes les revendications en considération et les avons transmises aux autorités supérieures du pays”, a-t-il encore ajouté. Évoquant la situation politique actuelle du pays, il a déclaré que les Algériens sont devant 5 défis qu’il faut indéniablement, selon lui, relever en 2015.
Il a parlé à ce sujet d’abord de ce qu’il a appelé le défi politique “relevé et réalisé qu’une fois la Constitution modifiée” en insistant sur la solidarité nationale pour faire face aux éventuelles déstabilisations susceptibles de voir le jour ici et là dans le pays. Il soulignera aussi les situations économique, sociale, sécuritaire et diplomatique du pays qui font également partie des défis en question. “L’économie de notre pays n’est pas aussi favorable qu’on le souhaite, surtout avec la chute des prix des hydrocarbures. Mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter, car nous disposons de réserves et de moyens humains avec lesquels nous pouvons faire face à la situation. Voilà pourquoi il faut maintenant réfléchir sérieusement à une parfaite étude technique quant aux avantages du gaz de schiste après  que nous aurons arrêté les opérations de son exploration”, dira le secrétaire général de l’ANR avant de parler, enfin, de la formation des élus locaux, dont la responsabilité est engagée, mais certains et par méconnaissance, finissent leur carrière en prison.    

A. C.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): CHENAOUI AHMED

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..