Chlef, Le 8 mars des désespérées

Liberte; le Mardi 10 Mars 2015
123441

Alors que toutes les femmes algériennes à l’instar de celles du monde entier célébraient, dimanche, leur journée internationale dans une ambiance festive entre réceptions, collations et remise de cadeaux, les femmes démunies, les sans-abri en particulier, à Chlef ont également fêté l’événement, mais à leur manière.
Rassemblées devant les entrées principales des lieux où se déroulaient les différentes manifestations à cette occasion, elles ne mâchaient pas leurs mots en s’attaquant spécialement aux femmes qui occupent des postes de responsabilité pour dénoncer ce qu’elles appellent une marginalisation caractérisée dans un pays de droit et de démocratie. Agacées par la pénible situation dans laquelle elles se trouvent socialement, puisque frappées de plein fouet par la misère, la pauvreté et le manque de logements entre autres problèmes dans leur quotidien, elles ont fait savoir que contrairement à leurs habitudes où elles mendiaient dans ces endroits, elles s’étaient regroupées pour voir entrer et sortir les groupes de femmes avec leurs beaux tailleurs, leurs bouquets de fleurs et leurs cadeaux. “Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour dire aux femmes responsables, mais surtout aux élues locales et nationales, combien la vie est belle pour elles ! Que celles-ci nous regardent comme nous les regardons défiler ce 8 mars. Pourquoi n’avons-nous pas, nous aussi, le droit à une fête similaire qui nous revient, pourtant, de droit ?” à la charge de leurs victimes, elles diront que “ce sont ces femmes que nous sollicitons régulièrement, mais vainement, pour nous trouver un emploi ou pour un toit”. “Comment voulez-vous que nous fêtions ensemble la Journée mondiale de la femme, alors que nous passons des nuits entières et des années durant à la belle étoile avec tous les risques encourus ?”, s’indignent-elles.

A. C.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): CHENAOUI AHMED

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..