Chlef, Le wali savonne le maire et le chef de daïra d’El-Marsa

Liberte; le Lundi 17 Novembre 2014
123288

“Vous savez pourquoi je vous ai invités à cette réunion ?
Tout simplement parce que rien ne va plus dans cette daïra…”

Lors d’une séance de travail tenue, en fin de semaine, au siège de la daïra d’El-Marsa à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest du chef-lieu de la wilaya, le wali de Chlef Aboubakr Essedik Bouceta n’a pas mâché ses mots à propos des projets actuellement en hibernation dans cette localité. Devant le président de l’APC et du chef de daïra d’El-Marsa, et en présence d’une quinzaine de représentants des citoyens qu’il a lui-même invités pour prendre part à la réunion, le wali a manifesté vivement son ras-le-bol face à la situation “regrettable” selon lui que connaissent certains projets en question. Dans leurs rapports exposés successivement au wali à ce propos, lors de cette rencontre, le président de l’APC et le chef de daïra ont fait savoir que quatre des projets inscrits, pourtant depuis longtemps dans le cadre du développement local de la daïra, n’ont toujours pas démarré. Il s’agit, selon eux, des projets de la réalisation d’un jardin public, l’aménagement urbain,  l’entretien de certaines routes, l’alimentation en eau potable et l’éclairage public.
Les deux responsables ont expliqué, ensemble, que “si les travaux relatifs à la réalisation de ces mêmes projets n’ont toujours pas démarré, c’est parce qu’aucune entreprise n’a répondu à ce jour aux multiples appels d’offres lancés dans la presse”. Et c’est ce qui a suscité une réaction vive et immédiate du wali qui a qualifié cela d’inadmissible en s’adressant à l’ensemble, et en particulier aux représentants des citoyens. “Vous savez pourquoi je vous ai invités à cette réunion ? Tout simplement parce que rien ne va plus dans cette daïra ! Je porte à votre connaissance que l’État a mis à la disposition des responsables d’El-Marsa depuis janvier 2013, APC et daïra, plus de 16 milliards de centimes pour la réalisation de ces projets, dont les travaux n’ont toujours pas vu le jour. Je considère cela comme une fuite des responsabilités, car personne n’assume comme il se doit la mission qui lui est confiée ici.
Aujourd’hui, presque deux années après, on vient de me dire qu’aucune entreprise n’a daigné répondre aux appels d’offres afin de prendre en charge les travaux en question. Vous n’avez même pas osé bouger le petit doigt afin d’aller chercher par-ci, par-là une entreprise qui pourrait faire l’affaire. Même si aucune entreprise n’existe dans cette daïra, pourquoi n’allez-vous pas taper aux portes de vos confrères juste à côté ? De l’argent qui stagne depuis le début de 2013 ! Qu’est-ce que cela peut vouloir dire ?”, s’interroge le wali avant de donner un ultimatum de deux semaines aux deux responsables concernés afin de faire tout le nécessaire pour entamer les travaux en question.  “Car dans le cas contraire, non seulement je vous retirerai cet argent pour l’accorder à une autre commune qui le mérite, mais cela ne se passera pas sans que d’autres mesures ne soient prises à votre encontre ! », prévint-il enfin.

A. C.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): CHENAOUI AHMED

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..