Contrebande à la frontière Ouest du pays, Carburant contre drogue

Liberte; le Mardi 16 Decembre 2014
123311

En 2013, environ 10 millions de litres ont été saisis sur la bande frontalière ouest, mais la quantité réelle qui est passée à travers les mailles des services de contrôle et de surveillance est estimée à au moins dix fois plus.

Chaque jour, des centaines de litres de carburant sont transférées illégalement à partir du territoire national vers la frontière algéro-marocaine par des trafiquants véreux, les “hallabas”, accaparés uniquement par la réalisation de gains importants au détriment d’un pan entier de l’économie nationale.
Ce précieux liquide est troqué contre des quantités importantes de drogue livrées en plaquettes sous cellophane, qui inondent le marché national et dont une partie est exportée vers l’Europe à partir des pays  subsahariens. Livrés dans des jerricans transportés à dos d’ânes trouvant leur chemin tels des automates, l’essence, le super et le gas-oil et également les produits de première nécessités soutenus par l’Etat, transitent par Maghnia pour être réceptionnés de l’autre côté de la frontière par un réseau mafieux qui compte des centaines d’intermédiaires. En 2013, environ 10 millions de litres ont été saisis sur la bande frontalière ouest, mais la quantité réelle qui est passée à travers les mailles des services de contrôle et de surveillance est estimée à au moins dix fois plus.
Malgré tous les mécanismes de lutte contre ce trafic transnational mis en place par les différents services de sécurité (gendarmerie, police, douanes, gardes-frontières), les contrebandiers, qui se plaisent à utiliser des véhicules de tourisme neufs avec un double réservoir aménagé et des camions semi-remorques, ne baissent pas les bras et innovent chaque fois d’ingéniosité pour contourner les obstacles pourtant nombreux sur leur chemin, poussant l’outrecuidance jusqu’à opérer de jour. Certes, les saisies à l’actif des services de sécurité sont quasi quotidiennes et défraient souvent la chronique par les quantités exceptionnelles réalisées, mais la frontière n’est pas hermétique.
Elle s’étend de Marsa Ben M’hidi jusqu’aux confins du Sahara, sur une longueur de 1 559 km, ce qui rend difficile sa surveillance totale.
Les éléments de l’Armée nationale populaire ont engagé une vaste opération de creusement de fossés profonds pour empêcher la traversée illégale de la frontière, et le directeur général des Douanes nationales a annoncé dernièrement que des caméras infra-rouges et autres équipements sophistiqués de surveillance allaient être installés sur une grande partie de la frontière ouest.
Le Maroc, de son côté, sous le prétexte de lutter contre la menace terroriste et l’incursion d’immigrants clandestins, a dressé une muraille électronique de 2,5 m qui devrait couvrir, dans une première phase, une longueur linéaire de 110 km, allant de la localité balnéaire de Saïdia jusqu’aux environs de Jerada (Maroc)

B. A.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): Abdelmadjid B

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..