Enseignement de Tamazight, Journées de formation pour les enseignants à Béjaïa

Liberte; le Lundi 11 Mai 2015
110624

Les conférences ont traité de “la fonction esthétique et stylistique de la langue ; du développement du plaisir à lire” et de “la fonction socioculturelle du texte littéraire”.

Sous le patronage de la ministre de l’Éducation nationale, le Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA) a organisé, avant-hier et hier, à la Maison de la culture de Béjaïa, deux journées de formation au profit des enseignants de tamazight de la wilaya de Béjaïa. Une trentaine d’enseignants du secondaire et du moyen ont suivi ces journées de formation, placées sous le thème “L’exploitation didactique du texte littéraire”, qui s’articule autour d’une série de conférences. Parallèlement aux travaux d’atelier, les conférences ont traité de “la fonction esthétique et stylistique de la langue ; du développement du plaisir à lire” et de “la fonction socioculturelle du texte littéraire”.
“Nous avons relevé qu’il y avait une absence des valeurs de notre société dans les textes enseignés en tamazight, d’où ces journées de formation au profit des enseignants en la matière, afin de leur donner cette liberté de recherche dans la dynamique actionnelle”, nous a déclaré
Mme Cherifa Bilek, sous-directrice de l’enseignement et de la formation au HCA. Une absence due au fait, expliquera-t-elle, que les textes enseignés sont des textes traduits des autres langues. Pour combler cette lacune, des modèles de cours sous les deux conceptions, esthétique et stylistique, sont donnés aux enseignants ayant bénéficié de ces deux journées de formation afin qu’“ils inculquent aux élèves l’amour de la lecture à travers de beaux textes littéraires et poétiques amazighs recelant les valeurs de notre société”.
“C’est à travers ces textes qu’on ramènera l’élève à apprécier le goût de la lecture”, a estimé Mme Bilek à cet effet. Un objectif qu’on ne peut, selon notre interlocutrice, atteindre sans la formation de l’enseignant. Ainsi, en sus du cycle des conférences animées par des universitaires sur le plan théorique, les travaux d’atelier proposent aux enseignants “un choix de textes littéraires de différents genres pour étudier la fonction esthétique et les figures de style propre pour chaque genre littéraire” pour exploitation.
Il y a lieu de signaler que pour atteindre cet objectif, le HCA a organisé par le passé des journées similaires dans les wilayas de BBA, de Bouira et de Tizi Ouzou.

L. O.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): OUBIRA L

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..