Fille d’un fonctionnaire de l’ambassade du NigEria kidnappée et violée, Les 7 ravisseurs arrêtés à Alger

Liberte; le Mardi 12 Mai 2015
110638

Les ravisseurs d’une étudiante âgée de 20 ans, fille d’un fonctionnaire à l’ambassade du Nigeria, ont été arrêtés par les enquêteurs de la Section de recherche de la Gendarmerie nationale (SRGN), relevant du groupement d’Alger, nous a confirmé une source proche de l’enquête. Notre source a précisé que l’affaire remonte au 12 janvier 2014 quand la victime, qui se dirigeait vers la wilaya d’Annaba, a été enlevée près de la gare routière du Caroubier par un individu à qui elle demandait un renseignement sur les horaires de départ des autobus vers Annaba. Profitant de la naïveté de cette étudiante, ce malfaiteur l’embarque dans sa voiture arguant que la station de bus n’était pas loin. Sur le chemin, la jeune fille s’est rendu compte que ledit conducteur a carrément contourné la route qui menait vers la gare routière. Mal lui en prit, elle tente de descendre de la voiture. C’est alors que ce malfrat l’a violemment agressée au point qu’elle s’est totalement essoufflée. Suite à quoi, il la ligote et se dirige vers un quartier populaire dans la banlieue d’Alger où ses complices, informés, l’attendaient. Mais le cauchemar de l’étudiante ne faisait que commencer puisqu’elle subira les affres de cette bande de malfaiteurs, composée de 7 individus, qui l’ont violée à plusieurs reprises.
Délestée de tous ses biens, dont deux téléphones portables, elle sera conduite, vers 2h du matin, jusqu’à Staouéli. Abandonnée sur la voie publique, elle sera récupérée par un automobiliste qui la conduira à la
brigade de Gendarmerie nationale. L’enquête, qui a duré plus de 16 mois, a abouti à la localisation d’un mis en cause grâce aux appels téléphoniques émis et reçus depuis un quartier d’El-Harrach. La jeune victime reconnaîtra vite le lieu où elle a été séquestrée et a pu identifier deux de ses ravisseurs.
Placés en garde à vue, ces individus dénoncent leurs acolytes qui, à leur tour, seront arrêtés. Présentés devant la justice, 5 mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt pour association de malfaiteurs, enlèvement, dissimulation de preuves et non-dénonciation d’un kidnapping, coups et blessures volontaires, viol et vol d’objets. En revanche, les deux autres ont été placés sous contrôle judiciaire pour recel.

F. B.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Farid BELGACEM

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..