Intervention en cas de séisme, Un exercice national pour évaluer la Protection civile algérienne

Liberte; le Samedi 16 Mai 2015
110687

Le détachement de la Protection civile envoyé au Népal, dans le cadre de l’aide et assistance internationales, a achevé sa mission de recherche des victimes sous les décombres, ainsi que l’assistance médicale au profit de la population népalaise.
à cet effet, un point de presse a été organisé, jeudi à Alger, pour faire le point sur l’opération.
Le responsable de la communication de la Protection civile, M. Achour, fait savoir qu’un exercice national aura lieu le 26 mai en présence de l’ANP et d’experts étrangers pour évaluer les compétences de la corporation lors d’un séisme. “Nous allons organiser un exercice national le 26 mai entre Médéa et Djelfa. Lors de cette manœuvre, nous allons réunir
10 000 hommes pour, d’une part, montrer les capacités de la Protection civile algérienne à faire face à de telles catastrophes, et d’autre part, évaluer les connaissances de nos hommes et pourquoi pas les améliorer”, explique M. Achour.
Concernant l’opération du Népal, le colonel Achour relate qu’“à notre arrivée, les autorités népalaises nous ont orientés vers la municipalité de Melanchi, située à 60 km de la capitale Katmandou”. Selon le porte-parole de la Protection civile, “la nature même des bâtisses ne laissait pas de grandes chances de survie, du fait que les constructions sont traditionnelles et n’ont aucune mesure de sécurité. C’est ce qui a fait grimper le nombre des victimes”.
Le colonel fait savoir que le manque d’infrastructures a rendu les opérations de sauvetage difficiles : “Ce que nous demandons à une bâtisse, lors d’une telle catastrophe, est de tenir le temps d’évacuer les gens. Dans l’hypothèse où l’habitation ne tient pas, il faut qu’il y ait des poches de survie.”
L’expérience algérienne dans l’intervention lors des séismes a été fortement sollicitée par les autorités népalaises. “Les responsables népalais nous ont interrogés sur les mesures prises par l’Algérie pour faire face à de telles catastrophes, sachant que notre pays est situé dans une zone sismique”, souligne le colonel Achour.
Pour rappel, le détachement de la Protection civile est composé de 70 secouristes dont 2 médecins urgentistes ainsi que 10 chiens de recherche, placé sous le commandement du commandant de l’unité d’instruction et d’intervention de Dar El-Beïda.

D. S.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Djazia Safta

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..