L’AARC A PRIS PART AU 8e BABEL MED MUSIC, Renforcer la visibilité des talents algériens

Liberte; le Dimanche 1 Avril 2012
3

L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) a pris part, du 29 au 31 mars derniers, à la 8e édition de Babel Med Music (BMM), un grand rassemblement dédié aux musiques du monde qui accueille une bonne centaine de stands et environ 2 500 professionnels du monde entier, chaque année à Marseille. “C’est la deuxième fois que l’Aarc y participe pour y présenter la nouvelle scène musicale algérienne à destination des promoteurs étrangers ainsi que l’offre festivalière de l’Algérie (plus d’une douzaine de festivals) en direction des tourneurs et autres brookers internationaux”, lit-on sur le communiqué de presse de l’Aarc. Babel Med Music est un marché des musiques du monde, de trois jours, qui propose, outre les espaces d’expositions, des rencontres, des concerts, des conférences-débats et des projections. Des prix y sont également décernés avec des aides à la création musicale. “Nous sommes bien conscients que l'économie des musiques du monde est avant tout tournée vers le spectacle vivant (les artistes de ces musiques parviennent souvent à vivre grâce aux concerts qu'ils font, davantage que par les disques qu'ils vendent, et ce, encore plus depuis le déclin de l'industrie discographique) et notre démarche est de mettre tous les opérateurs (tourneurs, producteurs, diffuseurs, artistes, directeurs artistiques de festivals, etc.) en connexion. Mais nous n'abordons pas les musiques du monde comme des marchandises. Ces esthétiques ont une portée qui dépasse la simple marchandisation, elles parlent d'éthique, de mémoire, de patrimoine, de politique, de lutte, de tradition et de mixité, et racontent l'histoire d'un monde en mouvement”, nous a expliqué Olivier Rey, responsable presse de Babel Med Music. Une sélection de nombreux concerts ouverts au public constitue l’un des points forts de BMM, car d’après notre interlocuteur “les artistes doivent se produire devant un ‘vrai’ public, dans des conditions réelles de prestation et non pas seulement devant une assemblée de professionnels inégalement sensibilisés aux projets (comme c'est le cas dans plusieurs marchés professionnels de musique).” Outre des conférences, BMM propose les Écrans de Babel, une sélection de documentaires liés aux musiques du monde. Cette année Mouss et Hakim, origines contrôlées de Samia Chala, et Zahia Ziouani, une chef d’orchestre entre Paris et Alger de Valérie Bregaint y ont été projetés. L’Aarc devait, à travers son stand, présenter des festivals et des artistes afin de renforcer la visibilité des talents algériens et de créer des partenariats.
Sara Kharfi

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..