La ministre de l’Environnement à Sidi Bel-Abbès, L’Algérie déclare la guerre aux sachets en plastique

Liberte; le Mardi 13 Janvier 2015
123336

Dalila Boudjemâa a indiqué, lors de sa visite de travail et d’inspection, que si l’Algérie ne se lance pas dans le recyclage et la valorisation des déchets, elle perd 300 millions d’euros par an.

La ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, Dalila Boudjemâa, a déclaré, dimanche, lors de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès, que si l’Algérie ne se lance pas dans le recyclage et la valorisation des déchets, elle perd 300 millions d’euros par an. Selon la ministre, “pour la valorisation des déchets, il faut se lancer dans la recherche. Aux USA, pour éviter l’utilisation des sachets en plastique à base d’hydrocarbures, donc d’énergie fossile, les chercheurs américains ont trouvé un type de plastique qui peut être produit à partir des plumes de volaille. Il est biodégradable, car d’origine végétale. En Algérie, un fonds est mis à la disposition de nos chercheurs pour financer des thèmes de recherches”, et d’appeler “les spécialistes à se lancer dans le développement et la valorisation de la recherche dans le domaine de l’environnement”. A ce propos, elle dira que “cette année, avec le MESRS, on a finalisé 145 thèmes de recherches, et ensemble on a donné une autre vision à cette relation environnement, développement durable et recherche. Donc, à l’université Djilali-Liabès qui a un département de l’environnement, on demande aux chercheurs de proposer leurs thèmes et de travailler dans ce créneau”. S’agissant des déchets, Mme Boudjemâa a fait savoir qu’ils prennent de l’ampleur et deviennent préoccupants, tout en affirmant qu’ils restent “une ressource dont on veut faire profiter notre industrie”. En outre, elle a révélé qu’“en Algérie, nous consommons sept milliards de sachets par an, et les producteurs de sachets en plastique trichent sur le grammage de la matière. Donc, il est léger, volatile et s’accroche au niveau des arbres. En plus, il est gratuit au niveau des commerces. Notre stratégie est de stopper l’activité de production de cette activité avec l’Ansej, en la supprimant de la nomenclature des activités, et la substituer à l’activité de recyclage et la valorisation des déchets. Donc, on va normaliser le sachet de telle sorte qu’il devienne plus lourd (12 ou 14 g), soit 20 micromètres avec de l’oxo-biodégradable et il sera payant”.
Par ailleurs, dans le cadre des différents programmes de développement qui visent à améliorer le cadre de vie du citoyen, la wilaya de Sidi Bel-Abbès a bénéficié durant la période 2000-2014 de 13 projets d’un montant de 1,7 milliard de centimes.
Ce programme comprend la réalisation de 3 centres d’enfouissement technique à Sidi Bel-Abbès, Telagh et Benachiba, quatre décharges contrôlées et deux centres de transfert de déchets ménagers équipés d’un grappin, d’un équipement de levage et de pont-bascule. La wilaya a également bénéficié d’un jardin citadin au lac Sidi Mohamed Ben Ali et un autre jardin est prévu au barrage de Tabia.
uparavant, la ministre a lancé une opération de collecte du papier au rectorat de l’université Djilali-Liabès et a visité la cité Assouli-Bel-Abbès dans le cadre de l’opération “Quartier propre”.

A. B.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): Bousmaha A

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..