Le général-major Hamel devant les ambassadeurs et chefs des polices arabes, “Nous mettons notre expérience à votre disposition”

Liberte; le Samedi 17 Decembre 2011
3

Une quinzaine d’ambassadeurs et plusieurs chefs des polices arabes ont assisté à la célébration de la Journée de la police arabe, organisée jeudi par la DGSN à l’École supérieure de police Ali-Tounsi. Cette journée, fera d’emblée remarquer le DG de la Sûreté nationale, est célébrée à l’ombre de défis sécuritaires multiples marqués par la recrudescence du crime organisé transfrontalier. Ce fléau nécessite, pour une lutte efficace, la coopération, la multiplication des efforts et surtout la contribution de tous les intervenants, à commencer par le citoyen, la société civile et tous les moyens d’informations (médias et presse). “Il reste entendu que la réussite de cette mission ne saurait être menée à bien sans une coopération et une confiance mutuelles entre le citoyen, dont les droits, notamment sa dignité, doivent être respectés, et le policier appelé, pour sa part, à exercer ses fonctions dans la stricte application de la loi”, a-t-il souligné avant de revenir sur les points appuyés lors de la 35e conférence des polices arabes, tenue au début du mois en cours dans la capitale libanaise, notamment la lutte contre la cybercriminalité, le renforcement de la police de proximité, le respect des droits de l’homme dans le travail sécuritaire. À noter, dans ce cadre, que les principales recommandations arrêtées lors de cette conférence ont pour mot d’ordre la lutte contre la criminalité avec abnégation, efficience et professionnalisme. “Pour pérenniser cet objectif, la coopération et la coordination sont les clés de voûte pour garantir un climat de sécurité dans lequel le citoyen arabe pourra vivre rassuré sur sa personne et sur ses biens”, a appuyé le chef de la police. La rencontre de Beyrouth a été l’occasion pour faire part des expériences arabes dans le domaine de la sécurité. L’Algérie, pour sa part, et par le biais de la DGSN, avait exposé la sienne, à savoir la police de proximité et l’information sécuritaire dont le rôle n’est plus à démontrer aujourd’hui dans la protection contre les fléaux sociaux. En matière des droits de l’homme, cheval de bataille du général major, ce dernier insistera sur “le respect de ce volet dans le travail sécuritaire. La DGSN avait présenté dans ce sens un document montrant la gestion professionnelle des rassemblements avec un grand sens de professionnalisme, loin des exactions et des dépassements susceptibles de bafouer la dignité du citoyen.” Pour le conférencier, la police algérienne détient une riche expérience en matière d’utilisation des appareillages techniques et autres technologies de pointe dans l’accomplissement des missions de sécurité et du maintien de l’ordre. Des techniques maîtrisées par des jeunes cadres algériens. Avec la confirmation des chefs des polices arabes de leur détermination de lutter contre le crime sous toutes ses formes et leur volonté d’une coopération et d’une coordination pour la lutte, notamment contre le crime organisé transfrontalier, c’est une nouvelle ère qui commence. Le général-major, Hamel, dira à cet effet : “Nous ferons de notre mieux pour activer cette coopération et sa concrétisation par le biais du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, et ne ménagerons, dans ce cadre, aucun effort pour renforcer et soutenir les relations de coopération entre les pays arabes, tout en proposant de mettre notre expérience à la disposition de nos frères arabes.”À rappeler que la Journée de la police arabe, coïncidant avec le 18 décembre, a été célébrée en présence du DG du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, Abdelkader Ouali, du chef de cabinet du Conseil de la nation, d’El-Hadi Khaldi, Nacer Mehal, Mustapha Lahbiri, Abdelkader Eulmi, respectivement ministres de la Formation professionnelle, de la Communication, DG de la Protection civile, DG de l’ENTV. L’occasion a été, cette année, pour la DGSN de procéder à des promotions qui ont touché 14 commissaires principaux promus au grade de commissaire divisionnaire, 6 commissaires au grade de commissaire principal, 137 officiers au grade de commissaire, 74 inspecteurs au grade de lieutenant et 142 policiers au grade d’inspecteur. Les promotions ont concerné un total de 7 054 policiers tous grades confondus, dont 333 femmes. Le commissaire principal Djilali Boudalia, connu de toute la presse pour être responsable de la cellule de communication et de presse de la DGSN, a fait partie du lot avec le grade de commissaire divisionnaire. ALI FARÈS

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..