Le procureur près la cour de Boumerdès l’a annoncé hier, “Les auteurs des derniers attentats ne bénéficieront pas de la charte”

Liberte; le Mercredi 5 Avril 2006
3

Si toutes les facilités sont accordées aux terroristes pour leur permettre de déposer les armes et se rendre pour pouvoir bénéficier des mesures prévues par les nouveaux textes portant mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, il n’en est pas de même pour les terroristes auteurs de crimes et attentats commis ces derniers jours, soit après la promulgation de ces textes.Le cas de B. D. — ce collégien redoublant inscrit au CEM de Dellys, qui a assassiné le maire de Benchoud, il y a moins de dix jours —, ne sera pas concerné par les dispositions de la charte. Il sera jugé en cas de capture conformément au code pénal. M. Medjreb Douadi, procureur général près la cour de Boumerdès, a bien voulu nous éclairer sur cette situation lors d’un entretien qu’il nous a accordé hier dans son bureau. “Toute personne ayant commis un attentat terroriste après la promulgation des textes portant mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale sera puni conformément au code pénal. Pour le cas de l’assassin du maire de Benchoud, toujours en fuite, non seulement il ne reconnaît pas la charte, mais il a assassiné une personne, de surcroît un maire avec préméditation. Il sera jugé pour ce chef d’accusation conformément au code pénal”, précise-t-il. Et d’ajouter que le code pénal s’appliquera dans toute sa rigueur aux personnes accusées d’atteinte à la vie des personnes, à leurs biens ou à leur intégrité, y compris les terroristes responsables de ces actes commis après la promulgation des textes de la charte. Pour ce qui est des groupes de soutien aux terroristes, M. Medjreb Douadi a affirmé que “si ces groupes sont démantelés et leurs membres identifiés après les textes, ils seront jugés conformément à l’article 86 du code pénal”.Mais ils peuvent bénéficier des faveurs de la charte s’ils se rendent ou remettent les munitions ou tout autre instrument de crime aux autorités locales avant le 31 août 2006, a-t-il tenu à préciser. La cellule, mise en place au niveau de la cour de Boumerdès, continue à travailler d’arrache-pied pour susciter le maximum d’adhésion aux textes de la charte.Et les nouvelles, qui lui parviennent des maquis, semblent encourager davantage ses membres. Les mêmes sentiments sont enregistrés chez les familles des terroristes qui attendent avec impatience le retour de leurs enfants des maquis. Et elles sont nombreuses a être soulagées par les rééditions en cascade, enregistrées ces derniers jours. Madjid T.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..