Lifting du gouvernement, Les sacrifiés, les intouchables et le loyal Sellal

Liberte; le Samedi 16 Mai 2015
110696

Le remaniement ministériel, opéré jeudi par le chef de l’État, était certes attendu mais, contrairement aux 17 autres effectués depuis 1999, il n’a pas été précédé de “fuites” annonciatrices de son imminence.
Le président de la République a procédé jeudi à un remaniement ministériel qui relève plus de l’équation arithmétique que de la projection politique. Il est fort à parier que la décision présidentielle, qui n’a pas été fuitée longtemps à l’avance cette fois-ci, a été hâtée et doit, en cela, beaucoup à la contingence politique, laquelle a dicté le moment de sa survenue. Le remaniement a consacré une nouveauté, à savoir la nomination d’un directeur de cabinet du Premier ministre, du rang de ministre, en la personne de Mustapha Karim Rehiel. Une sorte de second pour Sellal qui, depuis plusieurs mois, est partagé entre coordonner l’action de l’Exécutif et s’acquitter, à chaque fois que de besoins, de charges et missions que lui confie le chef de l’État.
En même temps que le renforcement du cabinet du Premier ministre, il est à relever la promotion d’Abdelkader Messahel au rang de ministre chargé des Affaires maghrébines, africaines et de la Coopération internationale, de même que la reconduction de Ramtane Lamamra dans sa fonction de ministre des Affaires étrangères, pourrait occasionner un chevauchement dans les prérogatives de l’un et de l’autre. D’aucuns se demandent déjà si cette promotion ne cache pas une volonté de réduire l’envergure prise par la notoriété de Lamamra. L’avenir nous édifiera. D’ailleurs, dans le nouveau gouvernement, plus aucun ministère n’est élevé au rang de ministre d’État, pas même le ministre de l’Intérieur, confié à Nourredine Bedoui. Les deux seuls ministres d’État sont donc Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet de la présidence de la République et Tayeb Belaïz, nommé conseiller de Bouteflika. Et si l’on excepte cette nomination de Belaïz à d’autres fonctions, qui procéderait, elle, d’autres motifs, les huit ministres débarqués se recrutent soit parmi les membres du gouvernement qui ont peiné, voire carrément manqué de maîtriser leur secteur, soit parmi ceux dont les noms commençaient par être trop cités dans des affaires de corruption. C’est assurément une insuffisance de résultat ou encore un manque d’agressivité dans les rapports à l’actualité politico-médiatique qui ont valu leurs postes à des ministres comme Youcef Yousfi, Mohamed Tahmi, Dalila Boudjemaâ, Nouria Yamina Zerhouni, Zohra Derdouri ou encore Mohamed Djellab, respectivement ex-ministres de l’Énergie, des Sports, de l’Environnement, du Tourisme, des TIC et des Finances. Ce cas d’espèce est illustré parfaitement par l’incapacité éprouvée par les ministres de l’Énergie et des Sports à gérer au mieux, pour l’un, le dossier du gaz de schiste et les pénuries de carburant et, pour l’autre, le dossier de la CAN-2017. En revanche, tout laisse supposer que ce sont les déballages médiatiques qui ont causé l’infortune politique des ministres de la Culture et des Ressources en eau, en l’occurrence Nadia Labidi et Hocine Necib. Ayant été dans le collimateur de Louisa Hanoune, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, qui a sonné de fortes charges contre elle, la ministre de la Culture s’est résolue à se plaindre auprès de la justice, créant, du coup, un antécédent qui ne serait pas forcément apprécié en haut-lieu. Nadia Labidi aurait été mal conseillée et a fait le choix fatal pour sa carrière politique. Le ministre des Ressources en eau, qui était presque parvenu à se forger l’image d’un ministre qui a vite assimilé son métier, est rattrapé par une vague histoire de concession agricole dont a bénéficié son frère dans la wilaya de Khenchela. Il faut dire que les ministres ainsi renvoyés, dont l’essai n’a pas été concluant, ont été les maillons faibles du gouvernement. Les nouveaux arrivés dans l’équipe d’Abdelmalek Sellal n’affichent pas de profils qui pourraient renseigner sur une éventuelle lettre de mission pour le gouvernement. D’ailleurs, le secrétaire général du FLN a raison de souligner la qualité transitoire de l’Exécutif ainsi remanié. Un FLN qui n’aura, donc, pas obtenu sa majorité dans le gouvernement, même s’il est, tout de même, parvenu à promouvoir son chef de groupe parlementaire, Tahar Khaoua, au rang de ministre chargé des Relations avec le Parlement. Le RND n’a pas à se sentir désavantagé, puisqu’il est fait appel, de nouveau, à Azeddine Mihoubi, qui succède à Nadia Labidi. Cela étant, le remaniement ministériel s’est accompagné, il est utile de le souligner, par une légère restructuration en matière de départements. Un choix qui semble être dicté par l’austérité budgétaire, objet, auparavant, d’un Conseil interministériel et d’une longue instruction d’Abdelmalek Sellal. Pour réduire la dépense publique, donc, les ministères de la Jeunesse et des Sports, séparés dans le gouvernement sortant, sont regroupés au sein d’un seul et même département, chapeauté par Abdelkader Khomri. Le ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire a connu un sort similaire. Il a disparu et ses départements sont rattachés l’un au ministère du Tourisme et l’autre au ministère de l’Hydraulique.

S. A. I.

Liste du nouveau gouvernement

Abdelmalek Sellal, Premier ministre.
Le général de corps d'armée Ahmed Gaïd
Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire.
Nouredine Bedoui, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales.
Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères.
Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux.
Abderrahmane Benkhelfa, ministre des Finances.
Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines et africaines et de la Coopération internationale.
Abdessalem Bouchouareb, ministre de l'Industrie et des Mines.
Salah Khebri, ministre de l'Énergie.
Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine.
Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses et des Waqfs.
Amara Benyounès, ministre du Commerce.
Amar Ghoul, ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat.
Abdelkader Kadi, ministre de l'Agriculture et du Développement rural.
Abdelouahab Nouri, ministre des Ressources en eau et de l'Environnement.
Abdelmadjid Tebboune, ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville.
Abdelkader Ouali, ministre des Travaux publics.
Boudjema Talaï, ministre des Transports.
Nouria Benghebrit, ministre de l'Éducation nationale.
Tahar Hadjar, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Mohamed Mebarki, ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels.
Mohamed El-Ghazi, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
Azzedine Mihoubi, ministre de la Culture.
Mounia Meslem, ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.
Tahar Khaoua, ministre des Relations avec le Parlement.
Abdelmalek Boudiaf, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.
Abdelkader Khomri, ministre de la Jeunesse et des Sports.
Hamid Grine, ministre de la Communication.
Iman Houda Feraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication.
Sid-Ahmed Ferroukhi, ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques.
Hadji Baba Ammi, ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé du Budget et de la Prospective.
Aïcha Tagabou, ministre déléguée auprès du ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, chargée de l'Artisanat.

Par ailleurs, et en application de l'article 78 de la Constitution, M. le président de la République a nommé Messieurs :

Ahmed Noui, ministre secrétaire général du gouvernement.
Mustapha Karim Rahiel, ministre directeur du cabinet du Premier ministre.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Sofiane Aït Iflis

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..