NAÏMA TAMINE, ARTISTE-PEINTRE, L’art de la plume et du pinceau

Liberte; le Mercredi 4 Avril 2012
3

Ce qu'elle n'exprime pas par les mots, elle l'exprime par la peinture. Naïma Tamine, journaliste (bureau de l’APS de Batna) et peintre, affirme qu'elle se sent mieux dans sa peau lorsqu’elle peint. La peinture lui permet de récupérer, de décompresser, de se ressourcer, de retrouver l'énergie pour exercer son métier de journaliste et d’assumer ses responsabilités familiales. La peinture la libère, canalise ses énergies  et  lui donne le vent dans les voiles. Le don et l'inspiration de cette femme ont accouché de plus d'une centaine tableaux, variés et évocateurs. Des portraits au fusain, de la peinture à l'huile et de la peinture classique, il y a un peu de tout. La journaliste-peintre est digne de son oncle, le grand peintre Tamine disparu dans un accident de voiture. Son aventure avec la peinture a réellement commencé en 1980. Depuis, elle a réalisé plusieurs toiles, avec un arrêt de quelques années pour s'occuper de l'éducation de ses deux enfants. Elle a commencé la peinture dès son jeune âge. Elle avait pour modèle son défunt oncle qu'elle épiait en train de peindre, admiratrice de son art. Véritablement, elle a commencé à dessiner alors qu'elle était en première année secondaire (en 1982). Se préparant à une carrière d'artiste-peintre, le décès de son père et l’obtention de son baccalauréat ont tout chamboulé. “Le destin” l'a conduit à une vie professionnelle. La peinture est toujours restée sa première passion. Ses œuvres sont variées. Autodidacte, Naïma s'est beaucoup améliorée au fur et à mesure que les gens passent, critiquent ses œuvres et lui font des suggestions. Elle reconnaît que le peintre Houara Hocine l'a beaucoup aidée à améliorer ses techniques. À la question: “Entre la peinture et le journalisme, qui se nourrit de l’autre”,  elle confie que pour le moment, les deux se nourrissent l'un de l'autre. N’ayant jamais exposé, elle pense monter une exposition prochainement. Son métier est sa source d’inspiration. Ce qui lui donne l’opportunité de s’exprimer par rapport aux préoccupations et problèmes des autres.  Outre la peinture, elle confie qu’elle s'adonnnerait plus tard l’écriture. Toujours en contact avec la famille des arts plastiques, ceci lui permet d’être au courant de ce qui se fait dans ce domaine, pour s’améliorer par la même occasion. Ces peintres lui rendent de temps en temps visite pour l'encourager à persévérer. Certains ont affirmé qu'ils trouvaient beaucoup d’originalité dans son travail, alors que d'autres ont confié qu'elle leur avait donné des astuces qui leur ont permis d’améliorer leur technique.
B. B

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..