ORAN, 700 familles relogées en février à Oued Tlélat

Liberte; le Mercredi 7 Janvier 2015
123331

Les 3 100 logements LPL connaissent un taux d’avancement de 50%, selon les services techniques d’Oued Tlélat, présents sur chantier.

En marge de sa visite de travail au site des 700 logements à Oued Tlélat, le wali d’Oran a affirmé que “700 familles détentrices de préaffectations seront relogées le mois de février prochain sur ce site”.
En effet, après la réception des 700 unités de logements, les travaux d’aménagement vont bon train, et les VRD, les espaces verts et infrastructures d’accompagnement sont en cours d’achèvement. D’autre part, les 3100 logements LPL connaissent un taux d’avancement de 50%, selon les services techniques d’Oued Tlélat, présents sur chantier. Du coup, le wali a levé toutes les réserves pour accélérer la cadence des travaux. “Avec la prochaine distribution des 700 logements sociaux au profit des détenteurs de préaffectations, ce sont 2300 de l’ensemble des 6000 familles concernées qui seront relogées. Nous pensons aussi aux familles du vieux bâti. Nous devons y faire face en cas d’urgence ou d’effondrement de vieilles bâtisses. Du coup, le LPL sera une solution d’urgence en attendant le règlement définitif du dossier”, fait savoir le wali d’Oran. Quant aux contraintes, le wali n’a pas ménagé certaines entreprises étrangères qui lèvent le pied. Les retards dans la réalisation compliquent la livraison des projets.
Cependant, les habitants d’Oued Tlélat viennent de bénéficier d’un projet de 700 unités qui seront réalisées par une entreprise turque ainsi que de l’ensemble des projets en cours de réalisation, soit 7 000 logements, afin de satisfaire la demande locale. Pour le cas de “Batimat Taliane”, la wilaya va récupérer une assiette de grande valeur foncière, et les 1252 familles seront relogées dans 24 mois sur le site de l’ex-Batior, qui sera un centre urbain afin de ne pas pénaliser les familles. “Toutes les infrastructures culturelles, sportives et éducatives seront réalisées”, affirme le wali.
En revanche, l’entreprise Batior a bénéficié d’une assiette de compensation adéquate située en dehors de la ville d’Oran.

N. B.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): BENABBOU Noureddine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..