Oran, La bande à “TGV” neutralisée

Liberte; le Samedi 29 Novembre 2014
3

La bande à “TGV” vient d’être démantelée et ses six membres arrêtés dans la nuit de mardi à mercredi derniers par des éléments, en civil, de la brigade de recherches et d’intervention de la sûreté de daïra de Aïn Turck.
Alors qu’ils effectuaient leur patrouille au niveau de la rue des Villas, leur attention a été attirée par la présence de trois véhicules suspects, dont une Renault Campus sans plaque d’immatriculation.  
Quatre  agresseurs, visiblement sous l’effet de psychotropes, tenaient en respect un groupe de personnes, face contre terre, les menaçant avec des couteaux de boucher, des épées artisanales et de haches, alors que leurs deux complices essayaient de faire démarrer les deux véhicules stationnés. A l’arrivée des renforts policiers, la rue a été bouclée, les agresseurs arrêtés et les victimes, dont un haut cadre de l’Etat, libérées. Un des blessés qui a reçu des coups de couteau au visage et au cou a reçu les soins nécessaires.
Parmi les agresseurs, se trouve le cerveau de la bande, surnommé «TGV» pour sa capacité à conduire à des vitesses folles en cas de courses-poursuites avec la police.
La fouille de la Renault a permis de récupérer un lot d’effets vestimentaires pour hommes et femmes, huit téléphones mobiles, une quantité de cachets d’ecstasy et d’importantes sommes d’argent. De l’aveu même de la bande, les victimes étaient choisies parmi les couples qui cherchaient une intimité au niveau des parkings des Andalouses ou encore de Bomo-plage. Les six membres de la bande à «TGV» ont été placés en détention provisoire pour association de malfaiteurs, détention de comprimés psychotropes, vol avec violence, coups et blessures volontaires, entre autres charges retenues contre eux.  
 

Trois maçons ensevelis à Bousfer-Plage
n Trois maçons, âgés de 44 à 47 ans, ont été sérieusement blessés, ce jeudi, dans l’effondrement total d’une vieille bâtisse alors qu’ils étaient en train de la réfectionner de l’intérieur. L’accident s’est produit au niveau de la plage de Bousfer.
Les ouvriers ont ressenti l’habitation trembler sur ses fondations avant de s’écrouler. Les victimes souffrent de blessures à la tête, au dos ainsi que de fractures.

A. Ayoub

Categorie(s): ouest

Auteur(s): Correspondants

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..