Oran, Les pouvoirs publics au chevet de Notre-Dame de Santa Cruz

Liberte; le Jeudi 22 Janvier 2015
123343

Le coût de l’ensemble des travaux et des interventions sur tout le site est évalué aux alentours de 600 millions de DA, avec la participation des pouvoirs publics, des autorités locales, de l’ambassade de France et de donateurs privés.

Le projet de restauration de la chapelle de Notre-Dame de Santa Cruz, surplombant la ville et la baie d’Oran du haut du mont Murdjadjo, va bénéficier d’un appui financier de la part des pouvoirs publics, comme cela a été le cas pour la restauration de Notre-Dame d’Afrique à Alger et la basilique St Augustin à Annaba. Un engagement qui satisfait l’évêque d’Oran lors de son entretien avec le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, lors de son déplacement sur le site en question, la semaine dernière. Une manière pour les deux hommes de souligner les bons rapports qu’entretient la communauté chrétienne, représentée par les diocèses, avec les autorités algériennes.
Une manière encore pour les Algériens, plus particulièrement pour les Oranais, de réaffirmer que Notre-Dame de Santa Cruz n’est pas seulement un lieu de culte chrétien au panorama magnifique, mais qu’elle est un patrimoine historique appartenant à toute la communauté.
C’est même un peu la carte postale d’Oran, où l’on invite l’ensemble des délégations étrangères en visite dans la wilaya, en leur offrant des vues magnifiques sur la ville et sa baie. Une vue exceptionnelle que les Oranais connaissent par cœur, eux qui en ont fait un lieu de détente depuis longtemps, en allant jusqu’au plateau de Moulay Sidi Abdelkader.
Aujourd’hui, si la chapelle, l’esplanade et la tour surmontée d’une vierge sont fermées et inaccessibles, les travaux de restauration projetés concernent tout l’ensemble du site, à savoir la tour et la chapelle classées depuis 1950, l’esplanade, la statue de la Vierge. L’état de dégradation des lieux, notamment la tour, est très inquiétant et nécessitera des travaux minutieux selon les règles de la restauration, et devant être conduits par des spécialistes. Le coût de l’ensemble des travaux et des interventions sur tout le site est évalué aux alentours de 600 millions de DA, avec la participation des pouvoirs publics, des autorités locales, de l’ambassade de France et de donateurs privés.
Mais pour qu’un site historique et patrimonial puisse “vivre”, il faut le rendre accessible, et c’est là que le projet initial veut faire de la chapelle de Santa Cruz un lieu de rencontre culturelle et spirituelle et de promenade panoramique.

D. L.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): LOUKIL D

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..