Oran, Les prix des fruits et légumes en hausse

Liberte; le Jeudi 20 Novembre 2014
123290

La frénésie qui emballe les consommateurs ne trouve pas d’explication cohérente. On a vu des ménagères acheter à tour de bras des dizaines de kilos de pommes de terre, des carottes à moitié pourries, des navets fanés et des haricots verts de piètre qualité à 250 DA le kilo.

De nombreux détaillants de fruits et légumes à Oran se sont donné le mot pour enflammer littéralement la mercuriale des fruits et légumes.  Une attitude regrettable qui est pointée du doigt par les professionnels de la filière de distribution. La pratique exorbitante des produits agricoles dépasse tout entendement, d’après eux.
Selon une source proche de l’association des mandataires du marché de gros de fruits et légumes d’El-Kerma, seulement une quantité négligeable de fruits a été mise sur le circuit de distribution. Les spéculateurs qui semblent tenir le haut du pavé ont jeté leur dévolu cette année sur les agrumes, dont la clémentine qui est hors de prix.
D’un étal à un autre, ce fruit de saison est cédé entre 150 et 250 DA. Une situation dérégulée qui a fait basculer le facteur de l’offre et de la demande au profit des marchands de fruits et légumes. Ces derniers, qui s’acoquinent avec les spéculateurs, quintuplent, voire sextuplent le prix de ces fruits.
On n’oserait pudiquement pas faire le parallèle entre la banane d’importation vendue à 150 DA le kilo et les oranges locales à 300 DA.
Les faibles quantités de ces produits retirés des chambres froides ont vraisemblablement pesé sur un marché en perpétuelle désorganisation. À côté de ces extrêmes, le kilo de raisin rouge dit globe est cédé à 250 DA et la pomme vendue entre 180 et 200 DA le kilo. Reste que la frénésie qui emballe les consommateurs ne trouve pas d’explication cohérente. On a vu des ménagères acheter à tour de bras des dizaines de kilos de pommes de terre, des carottes à moitié pourries, des navets fanés et des haricots verts de piètre qualité à 250 DA le kilo. “Les gens achètent beaucoup et sans compter, et plus c’est cher et plus ils achètent encore et toujours, nous sommes malheureusement devant une situation sadomaso”, lâche, exacerbé, un père de famille en quête de légumes à des prix abordables. La carotte et le navet, dont le prix d’habitude ne dépasse guère les 40 à 50 DA le kilo, sont vendus à 90 et 80 DA, la pomme de terre à 90 et 120 DA, l’oignon, le chou-fleur et la laitue à respectivement 80, 120 et 150 DA le kilo. La baisse de l'offre est aussi imputable, selon des mandataires, à la rétention d'importantes quantités de pommes de terre par les spéculateurs. Les professionnels de la filière déplorent aussi l’absence de contrôle de la part de la direction du commerce, d’où la spéculation exercée par certains intermédiaires qui imposent, selon eux, des prix que l'acheteur ne peut pas négocier, encore moins remettre en cause. Un autre détaillant au marché de la Bastille impute cette situation au manque de contrôle des prix. Pour les pouvoirs publics, la hausse des prix des fruits et légumes incombe à plusieurs paramètres dont le surstockage et la conservation excessive de certains fruits et légumes.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): K. REGUIEG-ISSAAD

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..