ORAN, Une tour de 16 étages menace de s’écrouler

Liberte; le Dimanche 1 Fevrier 2015
123349

L’intervention de la Seor d’Oran, jeudi passé, a été salutaire mais insuffisante vu la remontée continuelle des eaux. En fait, ce que les occupants redoutent le plus est cette remontée des eaux de la nappe phréatique.

Les occupants de la nouvelle tour-Cnep de 16 étages au quartier d’El-Barki à Oran vivent depuis plusieurs mois un véritable calvaire. Composée de 38 appartements haut-standing où le prix du mètre-carré est fixé à 130 000 DA, soit une fourchette des prix des appartements et duplex qui varient entre 15 et 4 millions de DA, selon la superficie, la tour semble abandonnée. Seuls trois occupants y résident en permanence et appréhendent une catastrophe certaine. “Nous soupçonnons une remontée des eaux de la nappe phréatique. Si c’est le cas, la tour va s’écrouler”, fait savoir, inquiet, notre interlocuteur, et d’ajouter : “Aujourd’hui, la tour risque de s’effondrer ou d’exploser à cause des inondations continuelles de la cave. L’eau fuit de partout”. En effet, sur place, et de visu, nous avons constaté une cave inondée de plus de 30 cm de hauteur d’eau, des installations électriques qui risquent de provoquer des incendies et au pire une explosion. L’intervention de la Seor d’Oran, jeudi passé, fut salutaire mais insuffisante vu la remontée continuelle des eaux. En fait, ce que les occupants redoutent le plus est cette remontée des eaux de la nappe phréatique. Ascenseurs en panne, malfaçons, commodités bas de gamme, les occupants des lieux sont complètement désemparés, surtout après la réception de la note, non émargée, du propriétaire (Assure-immo Cnep), placardée à l’entrée de la tour qui stipule que la Cnep se dégage de tous frais de réparation des ascenseurs ou prise en charge d’autres travaux. “Notre rêve s’est transformé en cauchemar dès la réception du logement. Outre les malfaçons, l’entreprise réalisatrice chinoise a utilisé des matériaux bas de gamme. Il a fallu refaire plusieurs travaux et commodités. Monter chaque jour une dizaine d’étages est devenu infernal car les deux ascenseurs sont en panne”, confie un autre occupant de la tour. Aujourd’hui, ils s’interrogent sur l’étude géologique réalisée et qualifient la transaction immobilière de vraie “arnaque”.

N.B.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): BENABBOU Noureddine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..