PROJECTION à TLEMCEN DE QUATRE FILMS DOCUMENTAIRES, Le patrimoine poétique en images

Liberte; le Lundi 9 Avril 2012
3

Dans la continuité du panorama du film documentaire qui a consacré Dar El-Hadith meilleure production de la manifestation, Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011, le département patrimoine immatériel et chorégraphie du ministère de la Culture a organisé à la cinémathèque Djamel-Chanderli de Tlemcen, durant quatre jours, de lundi à jeudi, un mini-cycle du cinéma sur le patrimoine poétique et musical. Quatre films ont ainsi été projetés en avant-première nationale, en présence de leurs réalisateurs et producteurs : Murmures des foggaras de Mohamed Yargui, Qum Tara Andalucia de Abdenour Zahzah, Les hauts plateaux : terre de cultures et culture de la danse de Larbi Lakhel et Couleurs tlemcéniennes de Abdelkrim Djaad. Le cinquième documentaire très attendu Ayred de Nourredine Benhamed (qui évoque les us et coutumes de la région de Béni S’nous avec son fameux carnaval dédié au lion) n’a pu être présenté, car il est encore en chantier. à l’issue de chaque projection, les metteurs en scène ont animé un débat avec le public, ce qui a permis de cerner certaines questions liées notamment aux aspects techniques, comme ces séquences d’avant l’entrée des musiciens sur le plateau, ou alors avec des gros plans exagérés sur les personnages pour ce qui concerne le documentaire d’une heure Andalucia (consacré à la musique arabo-andalouse avec ses mythes et légendes), ainsi que des zooms inappropriés, quelque peu ratés, car aboutissant sur le flou des images. Murmures des foggaras, écrit par Maya Saïdani, décrit, avec beaucoup d’humilité et un fort penchant poétique, l’histoire de Bensadek Mohamed Bénali à travers ses pérégrinations entre le Touat et le Gourara. Il met en évidence le patrimoine culturel à travers les musiques et danses populaires des régions de Timimoune et d’Adrar. Couleurs tlemcéniennes est, selon son réalisateur Abdelkrim Djaad, “un parcours initiatique à la découverte des monuments et sites musulmans d’une cité où l’histoire se lit à ciel ouvert”. En fait, le cinéaste a voulu, à travers sa balade dans l’ancienne capitale des Zianides, mettre en valeur les sites et monuments historiques et la beauté de leur architecture, voulant partager ses découvertes avec le public en fixant sur son objectif les mosquées classées patrimoine national, les médersas, les palais royaux, les sept portes monumentales de Tlemcen et autres vestiges d’époque. Enfin le documentaire Les hauts plateaux : terre de cultures et culture de la danse, c’est la féérie des Aurès avec tout leur legs ancestral qui fait dérouler l’histoire des tribus à travers ses cavaliers, ses traditions, son bivouac, ses musiciens, ses danses traditionnelles et ses fantasias.
B. A

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..