Rapatriement des Nigériens, 200 migrants concernés à Oran

Liberte; le Lundi 19 Janvier 2015
123341

Beaucoup d’interrogations ont entouré cet afflux important de migrants nigériens, alors même que des soupçons lourds de réseaux de mendicité et de trafic d’enfants ont été évoqués au Niger.

L’opération de rapatriement des Nigériens, en situation irrégulière en Algérie, qui s’est déroulée à Oran dans des conditions contestables, fin décembre 2014, s’est soldée au début du mois par le retour vers leur pays d’origine de quelque 200 migrants.
C’est au début de janvier courant que ces Nigériens, majoritairement des femmes et des enfants et même des nourrissons, ont été acheminés vers le centre de transit de Tamanrasset, après avoir passé quelques jours dans un centre dépendant de la direction de l’action sociale d’Oran (DAS). Pour ce qui est des migrants nigériens, originaires de la région de Zinder, ils avaient trouvé refuge dans les grandes villes d’Algérie, dont Oran, la mendicité était leur principal moyen de subsistance. Beaucoup d’interrogations ont entouré cet afflux important de migrants nigériens, alors même que des soupçons lourds de réseaux de mendicité et de trafic d’enfants ont été évoqués au Niger.
Mais l’une des principales causes de cet afflux de migrants vers l’Algérie se trouve au Niger même, notamment dans la région de Zinder. En effet, le pays a connu de graves crises alimentaires en 2012, et des ONG humanitaires évoquaient à l’époque “près de 800 000 personnes en insécurité alimentaire qui ont besoin d'un appui d'ici la période de soudure de juin à août qui se situe entre l'épuisement des récoltes de la précédente campagne et les nouvelles récoltes, attendues généralement en septembre”.
La zone très touchée par cette situation est la région de Zinder, proche des frontières de l’Algérie, d’où cet afflux important vers nos villes, ajouté au fait que tout le Sahel est déstabilisé par des guerres et des groupes terroristes.
Aujourd’hui, après le rapatriement de ces migrants, rien n’indique que ces familles qui peuvent être confrontées à nouveau à la famine et aux conflits ne seront pas tentées de revenir en Algérie.

D. L.

Categorie(s): ouest

Auteur(s): LOUKIL D

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..