Recrutement massif pour les besoins des communes, 8 000 postes de préposé à l'état civil et 30 000 postes de guichetier

Liberte; le Lundi 11 Mai 2015
110633

Ce recrutement, qui vise à améliorer les prestations de l’état civil des communes, vient en prolongement de l’allégement des procédures administratives.

Le directeur des ressources humaines, de la formation et des statuts au ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, Abdelhalim
Merabti, a annoncé, hier, à Alger, la création de 8 000 postes de préposé à l'état civil et 30 000 postes de guichetier dans toutes les communes du pays.  “Dans le cadre d'une meilleure prise en charge du service de l'état civil, il a été procédé — en vertu du décret exécutif n°11-334 du 20 septembre 2011 portant statuts relatifs aux fonctionnaires de l'administration des collectivités territoriales — à la création de deux nouveaux postes spécialisés, à savoir guichetier et préposé à l'état civil”, a indiqué M. Merabti qui présidait l'ouverture d'une session de formation sur la promotion du service public dans les communes qui portera en premier lieu sur le service de l'état civil. Ainsi, 8 000 postes de préposé à l'état civil et 30 000 autres de guichetier ont été créés dans toutes les communes du pays, a-t-il indiqué.  En 2014, plus de 13 000 fonctionnaires des collectivités territoriales dans des communes ont été recrutés, ce qui reflète l'intérêt porté par le département de l'Intérieur et des Collectivités locales à la promotion de la ressource humaine, a souligné M. Merabti. Le responsable a rappelé que le ministère avait procédé à la faveur de la stratégie qui vise la promotion du service public dans des communes, à la prise de mesures ayant pour objectif “l'allégement des procédures administratives et la réduction ou la suppression de certains documents et délais d'étude des dossiers”. M. Merabti a également cité les progrès enregistrés dans le domaine de la numérisation des registres de l'état civil, sanctionné par la délivrance de documents de l'état civil informatisés ce qui a contribué à “l'amélioration des prestations offertes aux citoyens”.
L’intervenant a rappelé, également, les efforts consentis par les parties concernées en matière de délivrance des passeports biométriques et de numérisation de la carte grise, du permis de conduire et de la carte d'identité nationale prochainement.
Parmi les mesures visant “l'éradication de la bureaucratie”, M. Merabti a évoqué la décision de suppression de la légalisation des copies conformes aux documents originaux par l'administration publique.
Le responsable a estimé que cette mesure “a permis d'alléger la pression dans les APC pour se consacrer à des missions qui leur sont assignées dans le cadre de la loi”. S'agissant de la session de formation de 5 jours qui concerne 1 541 chefs de service de l'état civil, l'intervenant a souligné que “la formation dénotait l'intérêt accordé au service de l'état civil dans les communes”.
Il a estimé que la bonne prise en charge des préoccupations du citoyen, une mission qui relève des prérogatives des chefs de service de l’état civil, contribuait au renforcement de la relation entre l'administration et le citoyen.
Il a, enfin, appelé les responsables de cette session de formation à la préservation des acquis réalisés dans le cadre des efforts déployés par le ministère en coordination avec les collectivités locales dans le but de “promouvoir ce service”.
L’organisation de la session de formation est intervenue dans le cadre de la mise en œuvre du programme de formation lancé en 2014 pour l'amélioration des performances des fonctionnaires des collectivités locales.
La première session programmée du 10 au 14 mai en cours, concernera
610 cadres dans 7 centres de formation répartis à travers le territoire national.

R. N./APS

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..