Reflet culturel, Le peuple lui aussi exige une repentance de ses dirigeants

Liberte; le Mardi 27 Mars 2012
3

Ce cinquantième anniversaire de la signature des accords d’évian qui ont consacré l’indépendance de l’Algérie semble être une nouvelle opportunité qui se pointe à l’horizon annonçant l’ouverture d’une éventuelle voie allant dans le sens du rééquilibrage de l’histoire de la révolution. Trop longtemps otage d’un pouvoir totalitaire qui ne conçoit l’écriture de l’histoire autrement que selon sa propre version et ses propres intérêts, l’héritage s’est amenuisé à mesure que disparaissent les auteurs et les acteurs du grandiose événement. Le temps a-t-il fait son œuvre depuis ? La question reste posée. Ceux-là même qui, il y a très peu, se calfeutraient dans un étrange silence nous surprennent un à un aujourd’hui par des déclarations stupéfiantes. De hauts faits sont restitués et replacés dans leurs contextes, des noms sont dévoilés ou dénoncés, des secrets aux multiples natures sont divulgués, des dossiers sont ouverts ou relancés au grand jour l’ensemble sans hésitation aucune. C’est dire que la carapace de l’opacité qui enveloppait la vérité sur la guerre de libération nationale se lézarde peu à peu comme sous l’effet d’un séisme à répétition. à tour de rôle les censeurs et les silencieux d’hier se mettent à table sous la pression des remords et du poids de l’âge. Mais dans un espace noyé d’une pénombre épaisse le moindre faisceau lumineux peut éblouir. Et pour cause nous devons rester vigilants face à tout cela car toute motivation subite, surprenante et inattendue peut suggérer des contingences qui peuvent fausser et noircir encore plus le tableau. En effet, trop de tiraillements, trop de règlements de comptes personnels ou de groupes, trop d’éléments contradictoires sont longtemps restés pendants. Est-ce que cela suffira encore pour intéresser une jeunesse abusée et désabusée sur le sujet et qui n’a d’oreilles que pour les bruits des vagues provenant des océans porteuses d’invitations aux voyages et d’yeux braqués que sur des horizons où le ciel se confond avec les mers derrière lesquelles un autre monde les attire légitimement ? évidemment à force de mentir, de manipuler et de formater l’histoire hors de son champ de vérité et souvent hors des acteurs directs des événements alors la désaffection, l’indifférence, le désintéressement remplacent inévitablement l’intérêt pour la chose historique, patriotique et nationalitaire. Comment s’étonner de voir que des juvéniles d’à peine 16 ans puissent-ils confondre et cafouiller ainsi entre les noms de grandes figures révolutionnaires du pays avec tantôt ceux des joueurs de foot tantôt ceux du monde artistique, etc.? Abane Ramdane joueur de foot ? Ben M’hidi artiste ? Ourida Meddad handballeuse ? Cela donne plus que du vertige. Mais nos jeunes ne sont nullement responsables de cette incapacité à discerner parce que l’histoire a été bafouée, détournée, manipulée, orientée et désorientée. à trop tirer sur la corde du mensonge elle finit par ce casser. C’est tout de même jouable de tenter ce rééquilibrage car le peuple lui aussi a besoin d’une repentance de ses dirigeants mais avec toutes les précautions d’usage.
A.A. (kocilnour@yahoo.fr)

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..